PUBLICITÉ

Locales : Respecter la date butoir du 28 mars ou installer des délégations spéciales. Trop c’est trop ! 

Dans tous les cas, si des dispositions idoines ne sont pas prises, la date butoir du 28 mars sera à coup sûr largement dépassée.
Apprendre à vivre et à dialoguer en présence du virus doit être le seul credo de tous les acteurs pour conclure enfin ce dialogue qui commence à trop trop durer.
L’USAID et l’Union Européenne s’étant déjà engagés pour financer l’évaluation du processus électoral et l’audit du fichier, rien ne peut expliquer le retard du déclenchement des travaux de la commission suivi et évaluation.
Cependant, curieusement, je ne sens aucune volonté de la part de l’ensemble des acteurs impliqués dans le dialogue politique ( moins de 100 participants) pour vider les 4 points qui restent dont celui fondamental de la rationalisation du calendrier électoral, gaze de visibilité et respiration de la démocratie électorale!
Si je me rappelle aujourd’hui avec un brin de scepticisme qu’en ma qualité d’acteur, que le Camp du Pouvoir avait dit non à plusieurs questions essentielles dont le bulletin unique et l’autorité indépendante en charge de l’organisation des élections à la place d’un Ministre partisan, il y a vraiment de quoi se poser des questions!
Legui  nak, à qui profite le “crime électoral”?
A chacun sa conviction, mais en tout cas, rester à la tête d’une collectivité locale après plus d’un an et demi (29 juin 2019-28 mars 2021) au delà de la fin de son mandat contre la volonté de ses administrés et prier encore pour une probable prolongation, ne me semble point élégant.
Or, les élections locales sont celles qui mobilisent le plus d’acteurs à la base, 552 communes, 5 villes et 43 départements avec la participation de centaines candidats, méritent plus de respects pour assurer la respiration  démocratique de notre système électoral.
Malheureusement, au Sénégal, une élection qui intéresse une poignée de candidats ( 5 à la dernière présidentielle) à plus d’importance de celle qui a pour finalité d’elire  “600 Présidents” locaux à la tête des communes, des villes et des départements!
Pour tout cela, conclure le dialogue est un impératif pour le respect de la date butoir du 28 mars 2021. Ne me parler point de virus, plusieurs pays africains ont organisé des élections à cette période et ici, nous ne réclamons que la suite des travaux autour de la table avec le respect des mesures barrières!
Sinon, qu’aucun décret ne soit pondu pour encore prolonger illégitimement des mandats expirés pour ne pas dire périmés.
Prendre les dispositions idoines pour respecter les échéances ou à défaut (Lou meuneu  niak aussi) pour installer  des délégations spéciales pour que Force reste à la Loi.
As Babacar Gueye
acteur politique à la Base 
Walo 

38
Annonces
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus noté
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
  • fobes 17:57 - 13/07/2020 Lutte contre le Coronavirus : Des riches plaident le relèvement de la taxe chez les plus nantis
  • efefefef 17:57 - 13/07/2020 Graeme Souness : “Sterling est légèrement en avance sur Sadio Mané…”
  • Me Augustin Senghor 17:40 - 13/07/2020 Arrêt des compétitions – Me Senghor: “Les clubs qui se sentent lésés peuvent ester en justice”
  • 109210942_654234438775165_2167826458068606700_n
    17:26 - 13/07/2020 Déclassement forêt de Mbao : Pastef demande l’arrêt de toute procédure… (Senego Tv)