PUBLICITÉ
TER

Le TER met à terre les plans des Rufisquois en cette période hivernale

La date du 09 septembre 2019 sera gravée à jamais dans la mémoire des habitants de Rufisque. Les populations de cette ville ont vécu un calvaire inexplicable, faisant face à l’envahissement des eaux de pluies.

Teungueth sous les eaux

Nul besoin de rappeler que la période d’hivernage constitue un moment de calvaire pour les citadins. A chaque fois que le ciel commence à ouvrir ses vannes, la tranquillité d’esprit des populations est menacée. A Teungueth, de nombreux usagers sont coincés à la maison. Et, ceux qui ont osé mettre le nez dehors, ont d’énormes difficultés à accéder à leur lieu de travail ou vaquer à leurs occupations.

Les énormes dégâts des précipitations 

La forte pluie de ce matin n’a pas épargné Teungueth. Le déplacement d’un point à un autre était impossible. La ville baignait sous les eaux de pluies qui n’arrivaient pas à se faire un chemin pour se verser sur les canaux d’évacuation. Les habitants de cette vielle ville pointent du doigt les travaux inachevés du TER (Train Express Régional).

Le TER un variable frein à l’évacuation des eaux de pluies

On se pose la question de savoir si des études sérieuses ont été menées avant d’entamer les chantiers du TER. Ce projet a rendu la vie des Rufisquois très dure, la ville a été coupée en deux, les passerelles presque inexistantes. Aucun des points de passage de véhicules n’est achevé excepté celui qui est vers la SOCOCIM. Dans le plan initial du projet il était prévu un échangeur sur l’axe Dioutiba-Hlm. Pourquoi cela n’a pas été réalisé ? Qui a eu la merveilleuse idée d’aller faire un passage sous les rails dans une zone propice aux inondations se situant à deux pas du canal. Est-ce que ce pays est sérieux ? Des questions qui resteront peut-être sans réponse, posées par la page facebook S.O.S Rufisque.

On se pose la question à savoir si des études sérieuses ont été menées avant d’entamer les chantiers du TER. Ce projet a rendu la vie des Rufisquois très dure, la ville a été coupée en 2, les passerelles presque inexistantes. Aucun des points de passage de véhicules n’est achevé excepté celui qui est vers la SOCOCIM. Dans le plan initial du projet il était prévu un échangeur sur l’axe Dioutiba-Hlm. Pourquoi ça ne s’est pas fait ? Qui a eu la merveilleuse idée d’aller faire un passage sous les rails dans une zone propice aux inondations se situant à 2 pas du canal. Est-ce que ce pays est sérieux ? A défaut de faire mieux, laissez les choses telles qu’elles étaient au moins. Kes Rufisquois sont fatigués.

Publiée par S.O.S Rufisque sur Lundi 9 septembre 2019

692
Annonces
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus noté
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
  • aéroports de paris 8:14 - 15/07/2020 Un Sénégalais accuse de fraude Covid-19, la Royal Air Maroc Whatsapp Linkedin
  • Oumane Tanor Dieng (7) 8:14 - 15/07/2020 15 juillet 2019 – 15 juillet 2020 : Voila un (1) an déjà que nous quittait Ousmane Tanor Dieng Whatsapp Linkedin
  • Assane-Diouf 8:06 - 15/07/2020 Assane Diouf transféré au Camp pénal Whatsapp Linkedin
  • www
    7:57 - 15/07/2020 Revue de Presse 7Tv en français du Mercredi 15 Juillet 2020 (Vidéo) Whatsapp Linkedin