L’appel de Mabouba Diagne aux grands importateurs : « Il n’est pas normal que le pays… »

L’appel de Mabouba Diagne aux grands importateurs : « Il n’est pas normal que le pays… »

Mabouba Diagne a déclaré que le Sénégal ne peut pas continuer de subventionner les produits. De ce fait, il a appelé les importateurs à investir dans la culture locale, surtout que l’État est prêt à les accompagner.

« Je lance un appel à tous les Sénégalais qui ont les moyens, y compris les gros importateurs, de venir. L’État est prêt à les accompagner. Des stratégies, des mécanismes et des programmes d’accompagnement, des campagnes et des conventions de partenariat sont en train d’être définis pour produire localement… », a fait savoir Mabouba Diagne.

Le ministre de l’Agriculture, de la Souveraineté alimentaire et de l’Élevage juge anormal que le pays importe plus d’un million de tonnes de riz, 860 000 tonnes de blé, 400 000 tonnes de maïs, entre autres…

Il ajoute que le pays a décidé de produire localement ce qu’il consomme.

22 COMMENTAIRES
  • Momo

    Les importateurs dans la grande majorité aiment la facilité. Il est plus aisé pour eux de s’adonner au commerce que d’investir dans l’agriculture. Il faut que l’état organise les jeunes en coopérative avec l’aide ďingénieurs pakistanais et les lancer dans la production du riz dans la vallée du fleuve Sénégal et en Casamance. Ainsi dans 5 ans le pays atteindra l’autosuffisance.

    • Diengoss

      Vous êtes élu pour cela M. Le Ministre. L’eau est là, les terres disponibles. Qu’attendez -vous ?

    • Idg

      Pourquoi des ingénieurs Pakistanais n’y a t-il d’ingénieurs compétents au Sénégal, c’est la volonté politique qui avait manqué

    • Arouna Dieng

      Je suis avec vous monsieur , malheureusement ils ne croient pas a cela

    • dieng

      C’est juste ce que tu preconises, mais nous n’avons pas besoin d’ingenieurs pakistanais pour nous accompagner, le Senegal regorge d’ingenieurs competents ayant fait de bonnes et grandes ecoles en plus de ceux diplomés des instituts agricoles senegalais capables de relever le défi.

    • Dr Oumar Diokhane

      Ingénieurs pakistanais?

    • Farima A. Koné

      Non pas les jeunes seulement mais les jeunes retraités qui veulent se reconvertir, ce sera une aubaine pour eux

      • Layeyoro

        Absolument les jeunes retraités. Il faut croire en eux . Pour l’agriculture il faut de la patience et du travail.

    • Farima A. Koné

      Il faut cibler aussi les retraités encore capables, ce sera une aubaine pour eux. Pourvu que le circuit de distribution existe et leur soit favorable

    • Mame Abdoulaye Seck

      Il faut produite en quantité et qualité
      L’oignon local est récolté hâtivement et pourrit dans le magasin
      En casamence er au fleuve après les barrages il y’a suffisamment de terres,d’eau et de soleil avec une masse de jeunes il manque une volonté politique pour cultiver ses terres pour nourrir les populations et exporter
      Les bons exemples à multiplier existent :le cas de Anida à été bien géré par des sénégalais compétents
      Le directeur Sar qui a géré Anida avec une grande compétence doit être décoré puis rappelé de sa retraite pour faire partager son expérience
      Salutations

  • Ibrahima Sarr

    C est très facile à théoriser Depuis 1960 l Etat a investi des milliards dans la vallée

    • Idg

      Mais, il manquait du sérieux dans gestion des programmes. Nous avons des terres, de l’eau, on n’a pas d’excuses

  • Aliou

    Félicitations monsieur le ministre 👍👍👍👍C’est bien comme ça que Obasanjo a créé des Champions locaux ! Continuez comme ça 👍👍👍S’iks ne sont pas des intellectuels..mettez une tasl force pour les aider a trouver des terres et le reste ! Bonne continuation ! N’oubliez pas le fonio svp.

  • Lamine Diop

    Malheureusement, quand les produits cultivés localement sont prêts à être vendus tout d’un coup l’état octroie d’énormes quotas à des importateurs qui viennent inonder le marché local mettant par ricochet ces producteurs à la faillite.

    On peut donc comprendre pourquoi il y a très peu d’investisseurs enclins à jeter leurs argent dans ce secteur.

  • Nafina

    Les prix des produits de première nécessité sont en baisse ! Une excellente opportunité pour gérer son budget plus facilement. #Budget #Économie

  • Mohamed Ali

    Mr S’arrête, vous avez raison depuis 1960 le pays à investi mais c’est toujours les personnes qui profitent.
    Avec L’OMVS nous ne devons plus importer certains produits.
    L’état doit arrêter les subventions qui incitent à la contre bande.

  • Diop doudou

    Bsr bsr
    Moi j’ai 50ha je veux cultiver depuis 2ans on m’interdit comme quoi c’est les eaux Et Forêts de thies qui bloque alors que les hollandais van oerts sont collé à mon terrain eux cultivé moi pas et j ai tous mes papiers donc Mr le ministre vous devez m’aider pour rétablir cette injustice
    Crocoparcsenegal.com

    • Nicolas

      Bonjour doudou, allez directement au ministère plaidé votre cause, courage

  • Diallo

    Le commerce n’est pas forcément lié à l’agriculture. Chacun fait ce qu’il veut. Ils n’ont qu’à assister les producteurs deja existants et Dieu sait qu’il y’en a. Tous ceux qui ont les moyens d’investir dans la production agricole ou industrielle sont concernés. Faut pas viser seulement les importateurs

  • Idg

    Je crois que la solution pour booster la production locale, c’est d’inviter les sénégalais en commençant par Diomaye et sonko à consommer en préférence des produits locaux. Cela va faciliter l’écoulement et donner une richesse aux producteurs et en retour les inciter à produire davantage pour gagner plus. Encourager les cultures vivrières mil mais et consommons ces produits en préférence. L’état doit donner des tracteurs directement aux producteurs qui ont des terres et des moissonneuses pour les recoltes du riz

  • Ndengeler

    Excellente idée comme l’avait commencé Babacar Ngom à Ndengeler. Il faut le convier à cette initiative qu’il avait très bien démarrée. Merci Mr Le Ministre

  • Dio

    Soutenons les le Sénégal n’a jamais été indépendant.
    Qu’ils fassent recours aux ingénieurs senegalais il n’est pas exclu d’y inclure des pakistanais qui peuvent s’y coopérer.

Publiez un commentaire