La Suneor risque de ne pas prendre part à la campagne de commercialisation arachidière (syndicat)

La Suneor risque de ne pas prendre part à la campagne de commercialisation arachidière (syndicat)

La Suneor pourrait ne pas participer à la prochaine campagne de commercialisation de l’arachide, compte tenu notamment du retard noté dans la restructuration de cette société d’huilerie qui attend son futur repreneur, a appris l’APS, mercredi de sources syndicales.

La participation de la Suneor à la campagne de commercialisation 2015-2016 se trouve également hypothéquée par les progrès insuffisants à ce jour dans la mobilisation des fonds nécessaires à l’achat de graines, affirment des responsables du Syndicat national des travailleurs des industries des corps gras et activités similaires du Sénégal (SNTICASS).

Aussi le syndicat a-t-il organisé une conférence de presse, mercredi à Kaolack, pour attirer l’attention des autorités étatiques, sachant que la Suneor est présente à Kaolack, Diourbel, Ziguinchor, Louga et Dakar et que cette société a comme matière première l’arachide.

Portant la parole travailleurs, face aux journalistes, le secrétaire général du SNTICASS, Samuel Ndour, a souligné que jusqu’ à ce jour en dépit de la campagne de commercialisation qui s’annonce les travailleurs ne savent pas encore’’ si leur entreprise va prendre part à la campagne ou non’’.

Si Suneor doit participer à la prochaine campagne de commercialisation, « nous demandons à l’Etat d’accélérer le dossier de restructuration de l’entreprise, en vue de son attribution à un nouveau repreneur, car il se fait tard si nous voulons prendre part à la campagne », a déclaré Samuel Ndour, secrétaire général du SNTICASS, au cours de cette rencontre avec les journalistes.

« Dans le cas contraire, c’est-à-dire que s’il a été retenu que notre entreprise ne participera pas à la prochaine campagne, là aussi, nous invitons l’Etat à nous informer des modalités de fermeture de notre usine », a-t-il dit. « Mais nous ne pouvons pas rester là dans le statut quo depuis bientôt un an à attendre des promesses qui tardent à se concrétiser, pendant que la société est à bout et le personnel n’en parlons pas », a-fait savoir Samuel Ndour. Selon lui, « il est temps qu’il y ait une décision étatique qui puisse fixer les travailleurs sur leur avenir et celui de la Suneor ».

Alors que la campagne de commercialisation de l’arachide « va bientôt démarrer, a poursuivi Samuel Ndour, nous à la Suneor, on est même pas encore organisée », pendant que « nos concurrents des autres huiliers s’organisent pour mobiliser des fonds et faire face à l’achat des stocks de graines et en même temps délivrer les agréments aux opérateurs privés stockeurs ».

« Nos concurrents dans le secteur se sont tous organisés et certains ont même renouvelé leurs instances dirigeantes. Donc, ils sont prêts à aller en campagne, pendant ce temps, les travailleurs de la Suneor ne savent pas si nous allons y participer ou pas », a-t-il déploré. Il a rappelé que lors de son premier passage à l’Assemblée nationale en novembre 2014, pour répondre à des questions d’actualité, le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, avait déclaré que les difficultés de la Suneor allaient « trouver solutions par une relance en janvier 2015 ».

« Malheureusement, il est revenu à l’hémicycle pour se prononcer sur ce dossier, mais jusqu’à présent, nous sommes dans l’attente du redressement de notre entreprise. Et nous n’avons personne pour nous informer du niveau d’exécution du dossier alors que les travailleurs sont actionnaires », a indiqué le syndicaliste.

« Nous sommes acteurs et nous devons même être impliqués dans le traitement du dossier. Nous sommes le troisième pilier du dossier qui vient après le gouvernement et le repreneur Abass Jaber. Les travailleurs sont actionnaires à hauteur de 9% », a-t-il relevé. « Donc, nous devons être informés et impliqués dans le traitement du dossier pour nous rassurer », a déclaré le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs des industries des corps gras et activités similaires du Sénégal (SNTICASS).

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire