PUBLICITÉ
aspt"
«Il a laissé passer sa chance», à Yoff Diouf Sarr est loin d’être regretté
PUBLICITÉ

«Il a laissé passer sa chance», à Yoff Diouf Sarr est loin d’être regretté

Alors que des articles de presse font état des regrets des Yoffois après avoir délogé Diouf Sarr de la Mairie de Yoff, nous sommes allés à la rencontre de ceux-ci. Sur le terrain, il y a très peu de regrets.

« Diouf Sarr ay wakh moko dessé ! » (Diouf Sarr, il ne lui reste que les paroles). A quelques jours de la Ttabaski, comme partout ailleurs, Yoff est bruyant. Les points de vente de moutons sont les lieux de rassemblement de jeunes éleveurs, vendeurs de moutons à l’occasion.

Ici au point de vente de Yoff Apecsy, ce n’est pas seulement le mouton qui occupe les discussions. La politique tient aussi une bonne place, alors que les élections Législatives pointent le bout de leur nez. En effet, à la fin du mois de juillet, les Sénégalais seront appelés à voter, encore, pour départager les concurrents pour le contrôle de l’Assemblée générale.

Investi à la 4e position sur la liste nationale de Benno Bokk Yakaar, Abdoulaye Diouf Sarr est sur le terrain depuis son limogeage du gouvernement. Il fait le tour du village traditionnel afin de rallier les Yoffois à sa cause. Pour autant, ce n’est visiblement suffisant pour que les jeunes de ce « daral » regrettent de l’avoir écarté de la Mairie de Yoff et de la Ville de Dakar. « Il a laissé passer sa chance en tant que ministre et maire pendant 7 ans, estime, catégorique, Mamadou. Il avait la possibilité de faire beaucoup pour Yoff et les Yoffois, malheureusement, il a lamentablement (sic) échoué et aujourd’hui, il ne lui reste que des paroles ».

Selon l’éleveur, si Abdoulaye Diouf Sarr se donne autant de mal, c’est tout simplement parce qu’il veut sauver sa carrière politique. « Nous avons tourné la page Diouf Sarr depuis longtemps, les locales étaient juste l’occasion de formaliser ça. En tant que Maire, il n’a rien fait pour les Yoffois. Sur cette route que vous voyez ici (il désigne la route partant de la banque SGBS et passant devant le point de vente), les eaux usées se déversent presque pendant toute l’année. Là-bas (il montre un point bas, vers l’intersection de la même route avec une autre allant vers le mausolée des Layène), il y a des inondations chaque année. Il n’a rien fait pour régler ces petits problèmes pendant tout ce temps. Et aujourd’hui il veut qu’on l’élise encore. C’est fini », conclut-il, visiblement très remonté contre l’ancien édile de la cité.

« Il nous disait que ce n’est pas une compétence transférée à la commune, ajoute Mansour, un autre éleveur. Ceci est vrai et nous l’acceptons. Pourtant, le nouveau Maire est en train de régler ce problème, en travaillant avec les autorités compétentes de l’Etat. Pourquoi lui ne l’a pas fait, alors qu’il était ministre et parlait presque chaque jour avec le Président de la République ? Il n’aime pas Yoff ».

Selon lui, si Diouf Sarr est aussi actif depuis son limogeage, c’est pour tout simplement pour sauver sa carrière politique. « Il ne fait rien de façon désintéressée. La preuve, il a exposé toutes ses actions sur les réseaux sociaux et dans les médias. Le moindre acte qu’il pose est exposé. Pendant qu’il était maire, il n’a rien fait de cela. Il a organisé une synthèse de philosophie une seule fois en sept ans, il n’a jamais offert de bourses, à part celles proposées par les écoles de formation que la Mairie a juste relayées. Seydina (le nouveau Maire de Yoff) a fait ça en silence pendant près de 10 ans. L’année dernière, à l’approche des locales, il a essayé d’amadouer les yoffois en offrant 400 moutons. Les gens n’étant pas dupes, ils l’ont durement sanctionné ».

Moins réfractaire que ses camarades, Alioune estime que si Abdoulaye Diouf Sarr entre à l’Assemblée, ce ne sera que bénéfique pour Yoff. « On aura un représentant à l’Assemblée, ce n’est pas quelque chose de négligeable. Il pourra porter les revendications des Yoffois là où il se doit ». « De toute façon, c’est comme s’il était déjà élu, minimise Mansour. Il est 4ème sur la liste. Donc c’est déjà fait. De toute façon on n’a plus rien à attendre de lui ».

Sur la plage de Tonghor, Moussa, sexagénaire, profite de la brise marine pour se rafraîchir, en ces temps de chaleur. Lorsqu’on lui demande si les Yoffois regrettent vraiment Diouf Sarr, en allusion aux articles de presse parus ces derniers jours, il rétorque, vigoureusement : « C’est de la manipulation. Nous ne le regrettons pas du tout ». Pour lui, ce n’est pas la première fois que Diouf Sarr utilise les médias pour essayer de manipuler l’opinion.

« Lors des élections locales, nous avons tous vu ce qui s’est passé avec les journaux qui le mettaient à la Une chaque jour. Un journal a même dit avoir fait un sondage et l’a donné vainqueur. Ce qui s’est avéré totalement faux. De toute façon, on a l’habitude avec lui. Il ne dit pas la vérité et il manipule. J’ai lu l’article et nulle part le supposé journaliste n’interroge quelqu’un. Il parle d’un trait, sans descendre lui-même sur le terrain, tâter le pouls des Yoffois comme vous le faites. Ce n’est pas digne d’un homme de son envergure. Après son échec, il veut manipuler l’opinion. L’article est truffé de contre-vérités. Par exemple Barthélémy Dias est bien venu à Yoff, et pas qu’une fois. IL est venu lancer les travaux de réhabilitation des cimetières de Yoff. Mais c’est normal que les gars de Diouf Sarr disent ça puisqu’ils considèrent que les cités (Ouest Foire, Nord Foire, Diamalaye, Terme Nord, Biagui) ne font pas partie de Yoff ».

Toujours sur la plage « Keussoup » de Tonghor, cette vendeuse de poissons qui ne souhaite pas que son nom soit divulgué estime que Diouf Sarr, lébou comme elle, a sa place à l’Assemblée nationale. « Je voterai pour lui comme j’ai voté pour lui aux élections locales parce que c’est mon parent », estime-t-elle. Si elle estime que le Maire actuel fait son travail, elle assure qu’avoir Diouf Sarr comme député ne peut qu’être bénéfique.

#DioufSarr #Yoff

PUBLICITÉ