Gambie : Emprisonnés par Jammeh, 4 journalistes indemnisés de plus de 14 millions F CFA

Le Syndicat de la presse gambienne se félicite du versement d’une indemnité à quatre journalistes par le Gouvernement gambien.

Dans une décision historique rendue en février 2018, la Cour de justice de la communauté de la Cedao, basée à Abuja, au Nigeria, a condamné le gouvernement à verser une indemnité de 25 000 USD aux journalistes Fatou Camara, Lamin Fatty, Alagie Jobe et Fatou Jaw Manneh pour violation de leurs droits. droit à la liberté de la presse.

Les quatre journalistes ont été inculpés et poursuivis de différentes manières en vertu de lois anti-liberté d’expression condamnées par le tribunal sous-régional comme étant non démocratiques, estimant que leur mise en œuvre constituait une violation de la liberté de la presse.

Fatou Camara, l’un des journalistes, a déclaré: « Je suis heureux que la Gambie ait entériné l’arrêt de la Cour de la Cedeao. J’espère que cela aidera les gouvernements à permettre aux journalistes de faire notre travail sans harcèlement ni intimidation. Nos droits à la liberté d’expression, à la liberté de circulation et à la liberté de mouvement doivent toujours être respectés ».

La plainte contre le gouvernement a été déposée en 2015 par la Fédération des journalistes africains (FAJ), aux côtés de quatre journalistes exilés à l’époque. Il a été créé à la suite de consultations entre le Syndicat de la presse gambien et la Media Legal Defence Initiative, qui ont aidé le GPU à engager une action similaire engagée par le GPU devant la Cour suprême de Gambie.

Le GPU a confirmé que le procureur général et ministre de la Justice, Abubacarr Tambadou, avait remis l’équivalent de 25 000 USD en dalasi à chacun des quatre journalistes.

Sheriff Bojang Jr., président du GPU, a déclaré : « Le versement de l’indemnité à ces quatre journalistes est une étape importante dans la résolution des crimes commis contre les journalistes, qui ont énormément souffert sous le gouvernement précédent. Cette décision du gouvernement est très appréciée et nous les encourageons à traiter rapidement d’autres paiements en attente, notamment celui de Musa Saidykhan et l’achèvement du paiement de la famille de Deyda Hydara ».

M. Bojang Jr. a ajouté: « Au nom des braves gens de la Gambie, je tiens à remercier l’Initiative de défense des médias et des médias (MLDI) et notre structure de tutelle, la Fédération des journalistes africains, pour leur soutien et leur coopération en ces temps très difficiles. Les journalistes doivent également être félicités pour avoir accepté de participer, sachant les dangers potentiels associés ».

Dans le même temps, dans l’arrêt de la Cedeao, le gouvernement gambien a été condamné à décriminaliser les lois interdisant la liberté de la presse, notamment la sédition, la diffamation et les fausses nouvelles. L’Union appelle donc le gouvernement à aller au-delà du versement d’une indemnité et à mettre pleinement en œuvre la décision de la commission des affaires écologiques en abrogeant les lois qui interfèrent de manière non démocratique avec le droit à la liberté d’expression.

Par GPU

(2) commentaires

Donnez votre opinion sur le sujet !
Tonton Zee

ET maintenant. Faites tout pour récupérer ce bâtard là en Guinée équatoriale. Le jugé et le pendre. Avec son chapelet et sa canne.

Publier un commentaire