Évaluation des accords de pêche : L’Union européenne réagit à la publication de la liste des navires…

Évaluation des accords de pêche : L’Union européenne réagit à la publication de la liste des navires…

L’ambassadeur de l’Union européenne au Sénégal a réagi après la publication d’une liste de navires autorisés à pêcher dans les eaux sénégalaises et le souhait du président de la République de réévaluer les accords de pêche existants, dont celui avec l’Union européenne, afin de rétablir une souveraineté qu’il estime bradée dans ce domaine et d’autres. Il a déclaré que les bateaux européens n’ont qu’un faible impact sur le secteur de la pêche dans ce pays

L’accord en vigueur depuis 2019 entre l’Union européenne et le Sénégal « représente moins de 1% de la pêche au Sénégal », a déclaré l’ambassadeur de l’UE au Sénégal, Jean-Marc Pisani, lors d’une conférence de presse sur le partenariat UE-Sénégal.

Cet accord expire en novembre et doit donner lieu à une évaluation de la part des Européens avant l’ouverture de nouvelles négociations avec la partie sénégalaise.

Le diplomate a reconnu que cet accord donnait lieu à « beaucoup de perceptions différentes » au Sénégal. Mais, a-t-il ajouté, « l’Union européenne n’a rien à cacher. L’accord de partenariat de pêche durable est public, transparent et disponible ».

Les quelque 50.000 pêcheurs sénégalais travaillent essentiellement sur des pirogues traditionnelles. Ils sont confrontés à la concurrence des bateaux usines étrangers, chinois, européens ou russes, auxquels ils imputent volontiers la raréfaction du poisson.

Les pêcheurs européens « sont autorisés à pêcher un quota de 10.000 tonnes (par an) au titre de l’accord de pêche. Ils en pêchent 3.000 (alors que) la totalité des prises au Sénégal est de 400.000 tonnes par an », a assuré M. Pisani. L’accord est encadré par des scientifiques européens et sénégalais qui évaluent la ressource, et les Européens ne pêchent que les stocks excédentaires et seulement deux variétés que ne pêchent pas les Sénégalais, le thon et le merlu noir, a-t-il dit, rapporte msn.com.

La pêche fait vivre directement ou indirectement environ 600.000 Sénégalais pour une population d’environ 18 millions, selon l’ONU.

8 COMMENTAIRES
  • Ngor

    Le feu d’artifice du populisme va bientôt s’estomper
    Après les jolies couleurs dans le ciel il ne restera rien d’autre que l’odeur des pétards

  • Diasse bassirou

    Pour la délivrance de licence de pêche oui pour l’union européenne et non aux Chinois. L UE respecte les zones de pêche et évite toutes infractions par rapport au code maritime . Par contre les navires chinois polluent et pillent la mer leur présence tue la ressource

  • Ce qui nous lie avec les pays c’est notre intérêt

    ILs sont pressés à se justifier
    ILs n’ont pas compris que le Sénégal n’est plus le pays des hommes malhonnêtes
    Aujourd’hui la jeunesse sénégalaise est consciente et ont compris aussi que toutes relations internationales sont basée sur les intérêts des peuples aucun pays de l’occident n’est en bonne relation avec un autre pays sans ses intérêts
    La jeunesse sénégalaise a décidé de travailler avec tous les pays du monde à condition que ses intérêts soient respectés

  • Babel

    À tous ceux qui souhaitent le mal au nouveau régime,sachez que rien ne sera plus comme avant par exemple le pillage de nos maigres ressources et le détournement des deniers publics.

  • Top

    C est des justifications erronées.Partout en Europe,pour ceux qui y vivent,voient toutes sortes de poissons qui sont des espèces très convoitées en matière alimentaire et de transformation.Ce monsieur l ambassadeur européen défend l Europe et ses intérêts,il n a pas dit réellement ce qui se passe entre le Sénégal etl Union Européenne.Vive le patriotisme économique que prône Mr Diomaye.

  • GOUMANOUE

    XAM NHA NIE BOU ETABI NAGHE FAYADA BA UROUPEYI DI NOU WAX LINOUF MA XAM NIE DIARA TOUL NOUY WATE BAYHE SÉNÉGAL AK TOU BAP YIE XAMNI MANOU NO YILIF SONOU BOPOU

  • Aboubekrine

    Malheureusement que les intéressés, les cibles à savoir la population ne se retrouvent pas dans ces accords. Au contraire ces accords les privent du peu qu’elles en tiraient avant ces accords. Il est logique que les propriétaires s’arrêtent pour trouver d’autres stratégies en leurs faveur.

  • Adianda

    Fini le règne des comploteurs et complices de la dilapidation de nos ressources Les quantités annoncées dans les supposés accords ne sont que des écrits qui n’ont jamais été respectés

Publiez un commentaire