PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
parquet - Drogue au port : Le Parquet rejette la requête des suspects européens

Drogue au port : Le Parquet rejette la requête des suspects européens

L’importante quantité de drogue récemment saisie au Port de Dakar revient au devant de l’actualité, avec le couple Allemand et les deux (2) autres Italiens suspectés d’être mêlés à ce trafic de drogue à grande échelle qui a fini de ranger la capitale Dakar dans le registre des plaques tournantes mondiales. Ces Européens qui voulaient quitter le Sénégal ont été retenus par le parquet.

Justice à 2 vitesses

Après leur liberté provisoire, les commentaires défavorables allaient bon train sur cette « préférence européenne », alors que les Sénégalais mis en cause dans cette affaire sont toujours dans les liens de la détention.

Mobilité limitée au Sénégal

Mais contrairement à certaines informations, Libération rapporte que les deux (2) « touristes » Allemands Lucas Schmitzeberger et Carolin Verena Stanzi, le capitaine Italien du navire « Grande Nigeria », Mattera Borgia Pasquale et son compatriote Paolo Amalfitano ont bénéficié d’une liberté provisoire sans contrôle judiciaire.

Une requête sans suite favorable

Ces quatre (4) étrangers dont l’enquête n’a pas encore établi l’innocence, avaient voulu quitter le territoire national, alors que le dossier est toujours en instruction. Ils ont même introduit une demande de restitution de leurs passeports saisis par la Douane Sénégalaise.

Le niet du Parquet

Mais leur requête sera de nul effet, car aussi bien le procureur de la République que le magistrat instructeur y ont opposé un niet catégorique. Et par conséquent, le couple Allemand et le duo Italien restent cloués sur le territoire national, en dépit des manœuvres de leurs ambassades respectives visant à les exfiltrer.

Drogue Parquet
Annonces

Un commentaire

Ibeau Diop

Nos dirigeants sont des complexés des occidentaux et pourquoi les sénégalais impliqués dans cette affaire ne peuvent pas bénéficier de liberté provisoire?en bas la justice sénégalaise bastard.

Publier un commentaire