Côte d’ivoire : le juge qui a tué Malick Fall entendu par la police

Côte d’ivoire : le juge qui a tué Malick Fall entendu par la police

Le juge Kouassi Kouassi Placide a été entendu toute la journée du jeudi 25 décembre, par la police, suite au décès de Malick Habib Fall, a appris Fratmat.info de source policière.

Dans sa version des faits, le magistrat a indiqué qu’il revenait de l’église dans la nuit du 24 au 25 décembre lorsqu’il découvre que des membres de sa famille sont pris à partie par une vingtaine de jeunes.

Surpris par cette situation, il rentre chez lui et ressort avec une arme. Il fait d’abord un tir de sommation. Les jeunes se mettent alors à le poursuivre. C’est dans sa fuite qu’il tire dans la foule, atteignant mortellement Habib Fall.

A côté de cette version, des témoins affirment que tout serait parti d’une dispute déclenchée aux environs de 1h du matin (25 décembre) entre le fils du juge et sa soeur au pied de leurbâtiment de Cocody lycée technique.

« Un grand frère du quartier a interpellé le fils afin de le calmer. Celui-ci sous l’effet de l’alcool s’est misà l’injurier tout en proférant à son encontre des menaces. C’est ainsi que le père est arrivé sur les lieux pour demander des explications », explique un autre témoin.

Même si notre source policière affirme qu’il s’agit d’un cas de légitime défense, elle reconnaît, cependant, que la réaction du juge n’est pas proportionnée à l’agression.

Le procureur de la République suit l’affaire, nous a-t-elle confié.

3 COMMENTAIRES
  • citoyen

    ce qui me fait mal c’est que cela n’aboutira a rien. combien de sénégalais sont agressés, humiliés et tués atrocement dans bon nombre de pays sans que nitre diplomatie ait le courage d’élever le ton, de taper sur la table pour exiger de explications. on n’a plus une diplomatie qui sait se faire respecter. wakh rek, saupe késsé te dara dou ci moudji. TCHIM.

  • Siradji diop

    warkassi cote d’ivoire tué un frère sénégalais

  • deug

    la solution c faire sortir tout ls ivoirien au senegal bougniou len defone nonou dina mbakh esk

Publiez un commentaire