PUBLICITÉ
Code de l’électricité : Les acteurs des énergies renouvelables outillés sur les enjeux de la nouvelle loi
PUBLICITÉ

Code de l’électricité : Les acteurs des énergies renouvelables outillés sur les enjeux de la nouvelle loi

Le Conseil patronal des énergies renouvelables  du Sénégal (Coperes) et l’Agence nationale des énergies renouvelables(ANER) ont procédé, mercredi, à un partage d’informations et une sensibilisation des entreprises sur le nouveau code de l’électricité. L’objectif est de permettre à tous les parties prenantes d’avoir une bonne compréhension dudit code dont les décrets d’application ne sont pas encore signés. Les deux structures ont également signé une convention.

PUBLICITÉ

Disposer d’un cadre unique et unifié pour mieux gérer le secteur des énergies renouvelables. C’est toute la quintessence du nouveau code de la presse voté en 2021. « On y a ajouté une révision des prérogatives de la Commission de régulation en lui confiant la régulation du secteur aval des hydrocarbures et des énergies renouvelables. Donc, le code de l’électricité est le cadre idéal pour l’encadrement du secteur de l’énergie au Sénégal« , a notamment déclaré Issa Dione, directeur de cabinet du ministre Pétrole et des Énergies. Qui ajoute que les parties prenantes se sont regroupés pour mieux comprendre la loi, pour échanger et pour voir comment enrichir les futurs décrets d’application pour l’encadrement du secteur.

Qu’est ce qui va changer ?

Ce nouveau code de l’électricité vise également à améliorer les conditions d’accès à l’électricité dans tous les sens. Mieux, poursuit M. Dione, il s’agira même de voir comment partir de la production à l’autorisation au domicile du client de cette électricité. Non sans rappeler que des décrets seront élaborés pour donner les détails de l’accès.

Défis

Selon le directeur de cabinet du ministre du Pétrole et des Énergies, les défis à relever concernant le nouveau code de la presse sont sa compréhension et son partage parce que quelque chose qui est un cadre unique doit être compris par tous les acteurs. « Il faut aussi que les décrets soient en mesure d’expliciter la compréhension des autorités et des parties prenantes« , a-t-il détaillé.

Le Sénégal, futur pays pétrolier et gazier

Le Sénégal étant en phase de devenir très prochainement un pays pétrolier et gazier, M. Dione estime que l’autre défi à affronter est de réussir la transition du Sénégal en pays importateur à pays producteur de pétrole et de gaz. Non sans ajouter la nécessité de profiter de ses ressources naturelles pour réduire le coût de l’électricité et sécuriser l’environnement du secteur de l’énergie.

#ÉnergiesRenouvelables #Enjeux

PUBLICITÉ