CAN 2019 : Pourquoi Sadio Mané restera toujours derrière Salah ?

La star des Lions Sadio Mané n’arrive pas à faire avec le Sénégal ce que Salah réalise avec l’Egypte, en équipe nationale et notamment dans cette Coupe d’Afrique des Nations. Questions d’équipe, d’environnement. Et de personnalité.

Le contraste est frappant. D’un côté Sadio Mané, la tête entre les mains après la défaite contre l’Algérie (1-0), lors du deuxième match du Groupe C de la Can 2019. De l’autre, un Salah triomphant, après avoir marqué deux buts en trois matchs contre la RDC Congo et l’Ouganda. Pourquoi Sadio n’arrive-t-il pas à reproduire avec le Sénégal ses performances avec Liverpool, ce que fait son coéquipier en club, Mo Salah ? Le Diez, qui a encore une chance de se qualifier en 1/8ème de finale ce lundi, a bien évidemment sa part de responsabilité dans cette situation. Mais une part seulement.

Le Sénégal n’a pas les moyens de ses ambitions, l’Egypte si…

Le Sénégal est plein de talents : Keïta Baldé, Krepin Diatta, Ismaïla Sarr, Mbaye Niang et bien sûr, Sadio Mané. Malgré tout, le Sénégal essaye de pratiquer un football qu’il ne maîtrise pas. Pour Charles Faye, journaliste sportif, « le talent de Sadio Mané est incontestable. Mais le Sadio Mané de Liverpool est très diffèrent de celui du Sénégal, en raison du temps et niveau de jeu avec ses coéquipiers en club”.

Selon lui, le N°10 des Reds, “a besoin d’ordre offensivement pour s’exprimer au mieux. Et se retrouver dans des phases de jeu et dans des situations de vérité. Il n’a pas ça avec le Sénégal comme à Liverpool ».

Tout le contraire d’une équipe d’Egypte qui a une idée claire : un bloc solide derrière et des flèches devant. Et qui s’appuie, en plus de Salah, sur des jeunes talents, motivés comme jamais, à savoir Mohamed Elneny, solide milieu défensif d’Arsenal et le dynamiteur Mahmoud Hassan, surnommé Trézéguet.

Aliou Cissé, qui a pourtant multiplié les essais depuis son arrivée (3-5-2, 4-4-2, 4-3-3…), n’a toujours pas trouvé la solution pour mettre dans les meilleures conditions Sadio. Tout simplement parce qu’il n’a pas les footballeurs pour évoluer comme il le souhaiterait.

“Sadio pas bien entouré”

Consultant renommé du Football, l’ancien international Habib Béye, avait expliqué sur le plateau de Talents d’Afrique sur Canal+, que est moins performant avec les Lions parce qu’il est mal entouré en équipe nationale du Sénégal.

“Sadio est discret dans son caractère (…) on attend beaucoup de lui comme on attendait d’un El Hadji Diouf. Mais il ne faut pas oublier qu’El Hadji était entouré de joueurs exceptionnels comme Fadiga ou Henri Camara qui allait très vite sur le côté. Ce qui n’est pas le cas actuellement en sélection pour Sadio. Je ne dis pas qu’Ismaïla Sarr ou Baldé Keita ne sont pas de bons joueurs, mais ils ne sont pas au niveau où on les attend pour épauler Sadio Mané», a laissé entendre Habib Beye.

« Sadio a 30% de responsabilités »

Un défaut déjà entrevu lors de la déroute du Sénégal contre l’Algérie. Sadio, ce soir là, n’était pas revenu près de ses milieux pour conserver la balle. Il était ailleurs, perdu. Le contraire d’un Salah qui sait agiter ses coéquipiers, quand ça ne va pas. Il se lance comme un fou au pressing, harangue le public, voire entraîne à la place du coach.

La Fédé sénégalaise n’est pas au niveau

Tout n’est cependant pas entièrement de la faute des joueurs, de Sadio Mané et du sélectionneur. La Fédération sénégalaise (FSF) est en effet bien loin des critères d’excellence nécessaires pour faciliter la préparation de sa sélection.

D’abord, du fait de la mauvaise gestion du groupe en prélude de chaque compétition majeure. En effet, selon le journal LeTemoin, “certains joueurs sont frustrés de voir deux oncles de Sadio Mané invités par la Fédération sénégalaise de football. Ce alors qu’aucun parent à eux n’a eu droit à un tel privilège.”

Toujours, rapporte la même source, des invités ne servant à grand-chose dans cette tanière, (amis, parents, artistes en perte de vitesse, militants de l’Apr et éléments du mouvement Navétane) du ministre Matar Bâ, font souvent office de directeurs techniques et chefs de service de son ministère dans les compétitions majeures.

La Fédé a par ailleurs été incapable de trouver des équipes correctes pour préparer la Can 2019. Seulement deux matchs amicaux ont été concoctés pour les Lions. L’un de haute facture (Nigeria) et l’autre avec Real Murcie, 3e division espagnole.

Salah, lui bénéficie du travail depuis l’arrivée de son sélectionneur Javier Aguirre et de l’appui d’une Fédé qui œuvre en silence pour détecter les nouveaux talents. Ça compte aussi. Même quand on s’appelle Sadio Mané.

Can 2019 Football
whatsapp 1150

(6) commentaires

Koring

Dans quel pays sommes nous ? Avons nous de vrais journalistes au Caire? juste signaler que Mo SALAH a joué 3 tandis que Sqdio MANE n’a fait qu’un seul match. Dés comment peut on s’autoriser des comparaisons entre ces deux joueurs
N’importe quoi vraiment

Tex

Sadio Mane n’a pas de mental de gagneur, c’est un faible d’esprit, il ne pourra jamais nous valoir des satisfactions car ce n’est pas in leader.
tout le monde n’est pas Dioufy Fire que ca plaise on non.
il n’arrive meme pas a la cheville de Salah en equipe nationale, il est juste bon pour jouer a Liverpool, Saba Alar.
Manque total de confiance et d’engagement car Aliou Cisse ne sait pas le mettre en valaeur

Gangui

Arretez les gars c pas le moment yen dafa melni dolen ay senegalais franchement c pas le moment restons derrière notre equip et soutenons Sadio et encore arrêtez chers journalist  

Diop

Et pourtant les joueurs qui entourent MO Salah ne sont pas plus talentueux que ceux qui entourent Mané en équipe netionale.
Sadio doit jouer libérer et faire jouer les autres

Amilcar

Si j’étais le coach, j’aurai cherché la vidéo de la sélection Argentine du temps de Maradon, que de passait il ? Maradona slalonne dans la surface de réparation
, la défense adverse tant à se regrouper sur lui, ce qui libère Valdano qui ne cherche qu’à se démarquer, et puis et puis boum, c’est le but. Sadio Mane est capable d’attirer la défense, maintenant, il faut un joueur en position de satellite toujours démarquer, qui n’attend que pour tirer dans les filets, bilahi, si cela est fait, on marquera plus de but et on gagnera la coupe, jusque là ce n’est pas terrible, on marque presque pas, sinom difficilement…t

Salmakor

Une défaite en match de poule, tout le monde commence à déballer. Plus de Bruno Diatta ou d’Ousmane Tanor Dieng dans ma génération, et ça me fait peur pour l’avenir de mon cher pays.