Bara Tall au procès de Karim : « Le peu d’énergie qu’il me reste je voudrais l’utiliser pour me refaire »

Bara Tall au procès de Karim : « Le peu d’énergie qu’il me reste je voudrais l’utiliser pour me refaire »

Son entreprise mise à genoux, depuis 2006, du fait des agissements des autorités du régime libéral avec, selon lui, au premier chef, Me Abdoulaye Wade et son fils Karim Meïssa, Bara Tall dit n’avoir pas tenu compte de cela dans ses témoignages aussi bien lors de son audition qu’aujourd’hui devant la Crei.

Interrogé par le substitut du procureur spécial, il dit avoir «essayé autant que faire se peut de ne pas mettre en avant des sentiments de ressentiments ou de quelconque nature qu’il pourrait avoir. J’ai essayé et j’ai prié pour qu’il en soit ainsi, le peu d’énergie qu’il me reste je voudrais l’utiliser pour me refaire. J’ai prié pour avoir assez de force pour sortir de ce coup de force dont je ne cessais de faire l’objet», informe seneweb.

Toutefois, il avoue qu’il : «Il est évident que je ne manque pas de reconnaissance pour Wade pour tout ce qu’il a eu à faire pour moi ». Raison pour laquelle, il essaie de rester objectif dans ses déclarations.

« Comme pour paraphraser l’autre, je dirais qu’ un responsable doit agir sans faiblesse coupable ni cruauté inutile. J’ai essayé d’agir sans méchanceté, sans haine inutile. Et c’est pourquoi j’en reste aux faits et à chaque fois que je donne un fait je le documente, sans chercher à n’enfoncer personne, précise le patron de Jean Lefebvre aux magistrats.

C’est cela mon état d’âme, en ce moment. Je ne répondrais qu’aux questions qui me sont posées. C’est une ligne de conduite que je me suis tracée et je voudrais en rester là ».

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire