Téléchargez l'appli SENEGO
PUBLICITÉ

Au Sahel, le vaccin anti-Covid entre attentes et réserves…

De manière globale, les habitants du Sahel ont favorablement accueilli l’arrivée des vaccins anti-Covid dans leurs pays. Toutefois, les discussions se font beaucoup plus entendre dans la zone francophone.

D’après une étude réalisée au Sahel sur les langues dans lesquelles s’effectuent les discussions autour du vaccin anti-Covid, il y a une prépondérance écrasante des réactions sur la toile en langue française. Seuls 10% des discussions se font dans une langue différente du français, à savoir l’arabe ou l’anglais. Sur la toile sahélienne, les sources qui suscitent le plus d’interactions sur la thématique des vaccins se trouvent être, une fois de plus, sénégalaises. C’est le cas par exemple des sites d’informations Senego et Senenews, qui ont produit des articles générant près de deux millions de réactions (liens article) Le président Macky Sall lui-même a déployé d’importants moyens de communication sur la thématique du vaccin. S’il s’est d’abord appuyé sur les autorités religieuses pour sensibiliser les populations, il s’est ensuite énormément exprimé sur le sujet par le biais de différents réseaux sociaux et, enfin, a fait de la réception du vaccin Sinopharm un événement retransmis à la télévision nationale RTS1 le 18 février dernier.

Des craintes sur la réussite de la campagne de vaccination

La tendance globale penche sur un accueil largement favorable à l’arrivée des vaccins, à savoir AstraZeneca, Pfizer, Moderna, Sinopharm, etc. Selon les résultats d’une mesure algorithmique sur une période de trente jours (du 1er février au 3 mars), la proportion des internautes qui s’exprime favorablement à l’arrivée des vaccins est deux fois supérieure à celle des internautes qui expriment différentes réserves par rapport à ces vaccins. Ces réserves sont généralement d’ordre complotistes, ou concernent les craintes liées à la réussite des campagnes de vaccination, dans un contexte manifestement difficile pour les différents gouvernements. Le manque de logistique est notamment un paramètre non négligeable dans nombre de pays sahéliens. Au Burkina Faso par exemple, le ministre burkinabé de la santé Charlemagne Ouédraogo a annoncé que le vaccin sera volontaire, et non obligatoire.

L’arrivée du vaccin fait chauffer la toile sénégalaise

Sur la même période de trente jours, deux-tiers des débats sahéliens sur le vaccin se concentrent au Sénégal. Au cours de cette période, les débats se sont intensifiés à partir du 17 février, à la veille de l’arrivée des premières doses de vaccin au Sénégal. Sur les blogs, les sites d’information et le réseau social Twitter, ils ont pour la plupart non seulement évoqué le démarrage des campagnes de vaccination dans les pays, mais aussi annoncé les différentes stratégies mises en place pour amener les populations à se faire vacciner. Par la suite, un pic a été atteint au lendemain, le 18 février, date à laquelle le Président Macky Sall est allé réceptionner à l’aéroport Blaise Diagne 200 mille premières doses du vaccin chinois Sinopharm.

Le vaccin AstraZeneca en cours d’approvisionnement

Plus généralement, c’est un sprint dans lequel sont engagés ces pays sahéliens qui misent sur une arrivée rapide du vaccin pour tenter d’enrayer la seconde vague de la pandémie, qui se trouve être au beau fixe. Les livraisons promises par COVAX, permises par le dispositif d’aide internationale aux pays en développement, devraient s’étaler de mars 2021 à décembre 2022. 600 millions de doses ont été prévues par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le Sénégal, qui est censé recevoir en tout 1,296 million de doses d’AstraZeneca, devrait recevoir le reste de son lot durant le deuxième trimestre de l’année. Le Mali, avec ses 19 millions d’habitants, attend 1,572 million de doses du même vaccin, sur la période allant de la fin du premier trimestre au deuxième trimestre de 2021. Le Burkina-Faso, qui compte plus de 19 millions d’habitants, attend lui aussi sur la même période, 1,620 million de doses d’AstraZeneca.

Cela dit, malgré les avis favorables de l’OMS quant à l’utilisation de l’AstraZeneca, le Danemark devient le premier pays d’Europe à renoncer définitivement à ce vaccin anti-Covid. De plus, l’Union européenne a annoncé le lundi 26 avril 2021, avoir attaqué en justice le laboratoire AstraZeneca pour ne pas avoir tenu ses engagements quant aux livraisons de son vaccin anti-Covid. Une procédure que le groupe suédo-britannique a aussitôt jugée sans “fondement”.

Avec Timbuktu Institute

12 Whatsapp
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
ACTUALITÉS RÉCENTES
    17:34 - 12/05/2021

    Redécoupage administratif : Niacourab dit non et exige la démission de Oumar Gueye

    Whatsapp
    17:05 - 12/05/2021

    Safwat Ibraghith, Palestine : “Notre destin c’est la lutte et on ne compte que sur Dieu” (Senego-TV)

    Whatsapp
    16:58 - 12/05/2021

    Ndella Madior Diouf : “Je suis une reine et une princesse…” (Vidéo)

    Whatsapp
    16:15 - 12/05/2021

    Tchad : La décision de l’Union Africaine toujours attendue

    Whatsapp
0
Votre avis comptex
()
x
Whatsapp