« Amadou Bâ, la dernière marche » de Madiambal Diagne : Note de lecture de Cheikh Diallo…

« Amadou Ba, la dernière marche », c’est le nouveau livre de Madiambal Diagne après ceux sur « Ousmane Sonko – Adji Sarr : l’Histoire » et « Macky Sall derrière le masque ». Le journaliste a présenté son ouvrage le dimanche 26 novembre 2023.

Dr Cheikh Omar Diallo, Président de l’École d’Art Oratoire et de Leadership, Docteur en Sciences Juridiques et Politiques, Expert en communication et leadership a fait part de sa note de lecture sur ce livre de Madiambal Diagne.

Texte in extenso :

Dans cette exploration captivante de la trajectoire et de la carrière d’Amadou Bâ, le journaliste Madiambal Diagne érige un long portrait d’une rare élégance et d’une profonde affection. En tant qu’ami, confident et conseiller de l’ombre du candidat à la présidence de la République, l’auteur offre une plongée subtile dans les méandres d’un homme d’État aussi secret que mystérieux.

D’emblée, il nous faut saluer la productivité exceptionnelle de Madiambal Diagne, maître d’œuvre de trois livres en un semestre, établissant ainsi un record remarquable. Ce faisant, il dévoile la persévérance d’un auteur dont l’inspiration intellectuelle est prodigieuse. Je puis en témoigner, car je suis humblement à mon sixième ouvrage en six ans. Et pour avoir supplié Madiambal Diagne, ami de 20 ans, de commettre des livres, me voilà bien servi.

« Amadou Bâ, la dernière marche », publié aux éditions du Quotidien, se donne à lire facilement. Les 250 pages rédigées en police 14 se dégustent avec une délicatesse comparable à celle d’un « p’tit lait, » alternant entre la douceur sucrée et le délice chocolaté, tout en évitant l’aigre-doux. C’est peut-être à ce niveau que le lait écrémé se révèle un peu trop sucré.

Libre, indépendant, loyal et fidèle en amitié, Madiambal Diagne s’attache à dépeindre l’image d’un homme politique sans pour autant vendre finement son projet de société. Les témoignages poignants de camarades, collègues et proches confèrent une authenticité particulière à ce troisième opus.

Une dizaine de témoins-clés dévoilent les différentes facettes du Premier ministre du Sénégal, contribuant ainsi à un portrait riche et nuancé d’un candidat en campagne électorale. Ce sont : Tout d’abord, les deux amis depuis l’université Cheikh Anta Diop : le fidèle Fallou Ndiaye et le banquier Oumar Mbodji, ouvrent la danse. Puis, arrivent l’indispensable inspecteur des impôts et domaines El Hadji Dialigué Ba, véritable couteau suisse ; la belle mécanique intellectuelle, Papa Amadou Sarr, ancien patron de la DER/FJ ; l’attaché de cabinet, l’inoxydable Babacar Mbaye « Chopard ». Ensuite, son camarade de promotion Baïdy Agne, Président du Conseil national du Patronat (CNP) ; Makhtar Diagne le confident au coeur des grandes décisions d’Amadou Bâ ; Moustapha Ba, le dernier ministre des finances et du budget de Macky Sall et talentueux disciple d’Amabou Bâ et enfin son conseiller personnel, le journaliste El Malick Seck.

Les chapitres, habilement détaillés, explorent divers aspects de la vie d’Amadou Bâ, depuis ses relations avec le Président Macky Sall jusqu’à sa réputation de « chouchou des bailleurs de fonds. »

Le style journalistique de Diagne, caractérisé par sa clarté et sa quasi-absence de fautes, confère à l’ouvrage une fluidité agréable. Les chapitres, méticuleusement structurés, et les témoignages éloquents facilitent la compréhension du lecteur.

En filigrane, l’auteur, avec une subtilité remarquable, revisite la loi de l’adhésion dans le leadership. Cette loi, énoncée avec une irréfutabilité indéniable, suggère que le leader identifie d’abord le rêve, puis il trouve les adhérents. Inversement, les adhérents trouvent le leader avant de s’aligner sur son rêve.
Ici réside l’erreur tragique et stratégique des hommes politiques.

Au cœur de cette loi intangible du leadership et du management des équipes, réside une vérité universelle : les individus ne sont pas intrinsèquement attirés par des idéaux nobles, mais plutôt par des leaders dignes qui défendent des causes louables. Si le messager ne passe pas ; le message passera difficilement.

J’aime à dire que la dynamique entre le leader, sa vision et l’électeur est délicate. Il me plaît de souligner avec perspicacité que si l’électeur ne croit ni au leader ni à sa vision, il s’en éloigne. S’il croit en sa vision mais pas au leader, il prend ses distances également. Lorsqu’il croit au leader mais pas en sa vision, il tentera de le convaincre de changer de cap. Enfin, le scénario idéal se présente lorsque l’électeur croit à la fois au leader et en sa vision. Il vote direct.

Est-ce le cas de Bâ ? Attendons de voir.

En conclusion, « Amadou Bâ, la dernière marche » réussit à être à la fois informatif et incitatif. L’auteur démontre sa maîtrise du sujet et de l’objet. Après la lecture de ce livre, vous ne verrez plus jamais le candidat Bâ comme avant. Rendez-vous le 25 février 2024, une date savamment teasée par l’auteur. Un appel enthousiaste à l’adhésion.

Qui votera verra !

7 COMMENTAIRES
  • Gatsa gatsa

    Madiambal, le satan sénégalais.

  • Gatsa gatsa

    Même dans ses mensonges, il ne se décourage jamais.
    C’est le cas de ismaila madior, de cheikh yerim seck.

  • Sow

    On critique pas un livre qu on n’ a pas lu mais votre niveau est très bas tout est noir à l image de votre mentor.

    • Piyou Faye

      Que gagne tu à résister N’.Apprends tu pas cette loi naturelle.
      ‘Le buisson se courbe et se plie sous l’orage.C’est ainsi qu’il survie sans gaspiller son énergie.

  • Matt

    Madiambal c pas 1journaliste MAIS C UN COMMUNICATEUR TRADITIONNEL c’est Le guewelou dioudou IL FAUT PAS CONFONDRE GUEWELOU DIOUDOU ET JOURNALISME

  • Ndiaya

    Madiabal n est pas un journaliste.il est un laudateur de la pire espèce,un renegat un menteur un hypocrite double d un opportunisme ,un traître de la trempe de saint thomas

  • Côrrey

    Madiambal est dans sa logique ceux qui ne sont pas de son côté qu’ils ferment leurs gueules. On connaît leur appartenance. Allez vous lavez avec les eaux de l’océan Atlantique. MADIAMBAL DIAGNE, DIAGNE NAAR BRAVO. N’écoute pas ces… persons pour ne pas dire personnes.

Publiez un commentaire