Adama Lam, Président des employeurs du Sénégal : «Seule l’industrialisation peut sortir des difficultés »

Adama Lam, Président des employeurs du Sénégal : «Seule l’industrialisation peut sortir des difficultés »

 Me El Ousseyni Kane a procédé sous la présence du représentant des partenaires, de la société civile et du secteur privé ce mardi, à l’ouverture de la revue annuelle de l’exécution des 27 projets et 17 réformes phares du PSE. Une occasion saisie par le président de la Cnes pour appeler les autorités à industrialiser le pays pour sortir des difficultés.

« Le pays a besoin de champions nationaux basés sur l’industrialisation qui seule, peut nous sortir des difficultés, surtout avec la découverte du pétrole et du gaz. C’est l’une des solutions pour régler l’emploi des jeunes », a laissé entendre aux autorités, Adama Lam.

L’un des membres les plus influents du patronat sénégalais a appelé les autorités à prendre à bras-le-corps le problème d’industrialisation. « Le pays ne peut pas faire une économie inclusive, durable sans l’industrialisation pour absorber une bonne partie des 200 mille jeunes sur le marché du travail par an… »

A en croire le Président de la Confédération nationale des employeurs (Cnes) des efforts sont faites, mais les autorités doivent mieux explorer l’industrialisation en profondeur.

Il s’agit surtout de mettre l’accent sur l’agro-industrie. « Le pays doit d’abord se nourrit à lui même, en résorbant le déficit en riz, en maïs et que le facteur halieutique ne soit pas utilisé de manière anormale par les puissances estrangères pour que les pécheurs y trouvent leurs comptes. Puisque, le poisson est le socle de la sécurité sociale du pays, avec 75% des produits animales de la mer tirés. »

Il a aussi précisé que l’industrialisation ne peut pas se faire sans des financements adaptés avec 66% de la capitalisation banquière détenus par des étrangers, pour espérer financer l’économie nationale de manière substantielle, surtout avec des crédits de 5 à 7ans.

Il faut rappeler que la rencontre de la revue annuelle va durer deux jours, pour permettre aux experts de faire le point sur l’état de la mise en œuvre desdits projets et réformes à travers des panels portant sur plusieurs thématiques majeures du PSE.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire