Annonces
Annonces
» » » » Tabaski 2017 : 43.000 moutons en provenance du...

Tabaski 2017 : 43.000 moutons en provenance du Mali ont pénétré au Sénégal par Kidira

2017-08-10T11:54:53+00:00312 Partages

Prés de 43.000 moutons en provenance du Mali sont entrés au Sénégal par le poste de Kidira dans la région de Tambacounda à la date du 8 août, a annoncé le directeur de l’élevage, Dame Sow.

« Nous suivons régulièrement l’ensemble des marchés hebdomadaires, quotidiens et des importations. L’année dernière à la date du 8 août, nous avions au poste de Kidira environ 16.000 moutons qui étaient entrés au Sénégal. Et cette année, nous sommes à environ 43.000 moutons qui sont entrés » dans le pays, a-t-il dit dans un entretien avec Radio Sénégal, repris par l’agence de presse sénégalaise.

La demande nationale en moutons est évaluée à 750.000 têtes dont 260.000 pour la seule région de Dakar pour la fête de l’Aïd-el-kébir communément appelée Tabaski prévue dans quelques semaines, a rappelé M. Sow.

« Prés de la moitié des besoins en moutons pendant la Tabaski est importée de la Mauritanie et du Sénégal. C’est une situation structurelle« , a noté le directeur de l’élevage, soulignant que le président Macky Sall a demandé d’élaborer le Programme national d’autosuffisance en moutons de Tabaski (PRONAM).

Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a dans une lettre circulaire datée du 21 juillet dernier, demandé aux ministères concernés, aux collectivités locales d’assouplir les contrôles pour faciliter le convoyage des moutons et également de suspendre les droits et taxes pendant 60 jours, a renseigné M. Sow.

Il a également évoqué l’arrêté pris par le gouverneur de la région de Dakar, Mohamed Fall autorisant 38 points de vente qui seront aménagés par le ministère de l’Elevage et des Productions animales.

« On va y mettre toutes les commodités requises, eau, électricité, toilettes mobiles. Les ministères en charge de la sécurité et des forces armées vont également déployés des éléments pour sécuriser ces points de vente« , a assuré le directeur de l’élevage.

« L’Etat s’est également mobilisé à travers à travers ce que nous appelons les tarifs conseillers, c’est-à-dire une concertation entre les transporteurs et les opérateurs de moutons. Nous sommes parvenus à faire des simulations et à indiquer des tarifs conseillers sur l’ensemble du territoire national« , a-t-il fait remarquer.

Selon lui, le ministère en charge de l’Elevage doit relever le défi de l’approvisionnement suffisant du marché en moutons, mais également de faire en sorte que chaque Sénégalais puisse accéder aux moutons à des prix raisonnables.

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces