PUBLICITÉ
aspt"
Ziguinchor  : « Aucun discours qui a un relent ethnique ne doit être tenu »,(Mary Teuw Niane)
PUBLICITÉ

Ziguinchor : « Aucun discours qui a un relent ethnique ne doit être tenu »,(Mary Teuw Niane)

Le récent discours d’Ousmane Sonko à Bignona a fait régir plus d’un.  Pour le professeur Mary Tew Niane, « aucun discours qui a un relent ethnique ne doit être tenu par les hommes politiques ». 

Voici sa contribution 

Non, tous les arguments ne sont pas bons
Chaque citoyen sénégalais a le droit et le devoir de s’opposer, de se battre lorsqu’il juge que lui-même, un groupe politique ou un groupe social sont victimes de violence illégale, d’injustice, de non respect de leurs droits, de violations des libertés, d’ostracisme, de refus délibérés d’établissement de la vérité, de refus d’accès à leurs droits, etc.
Chaque citoyen sénégalais a le pouvoir d’utiliser tous les moyens que notre Constitution, les lois et règlements, les institutions judiciaires nationales et communautaires mettent à sa disposition pour arriver à ses fins.
Pour celui qui pense avoir raison, le chemin peut-être long, les obstacles surhumains, la mauvaise foi insupportable, la sournoiserie déstabilisante.
Face au pouvoir qui a tous les moyens, le citoyen peut paraître démuni, faible.
Ce n’est qu’une illusion dans une période très courte.
En vérité, s’il a la vérité avec lui, il aura en fin de compte gain de cause.
Le chemin sera peut-être long, un vrai labyrinthe, à force de conviction et de patience, le citoyen qui accepte de marcher pour ses droits finira toujours par avoir raison.
Il vaincra. C’est la Loi implacable de l’Histoire.
Le discours, la langue qui le porte, les mots exprimés peuvent être le venin de la cause qu’ils sont sensés défendre, du plaidoyer qu’ils veulent porter.
Le Sénégal est un et indivisible.
Aucun discours qui a un relent ethnique ne doit être tenu, encore moins soutenu.
Il y a une ligne rouge qu’aucun citoyen, qu’aucun homme politique et qu’aucune femme politique ne doivent franchir dans tous les pays particulièrement en Afrique notamment dans notre pays le Sénégal : le transfert du combat politique sur le terrain ethnique.
Ce matin j’ai écouté trois fois le discours de Bignona.
Le jeune tué à Bignona a droit à une contre expertise pour que la vérité sur sa mort soit définitivement établie et les conséquences tirées.
Cependant les mots prononcés sont des maux. Ce discours est unique dans l’histoire de notre pays, il est inique. Il ne sert pas la cause qu’il est sensé défendre. Le venin qu’il ensemence est dévastateur.
La femme politique, l’homme politique et le pouvoir ont de lourdes responsabilités celles d’assurer la sécurité, la stabilité et la paix dans notre pays pour que le développement puisse exister et servir les populations.
Le pouvoir a le devoir de respecter les règles, toutes les règles qui fondent notre République. Leurs violations constituent un risque permanent de déstabilisation de notre pays.
L’opposition a un devoir d’éthique dans sa marche vers la conquête du pouvoir.
Tout n’est pas permis au pouvoir, tout n’est pas permis à celui qui s’oppose.
Aucun pays ne peut se développer sans la paix. Lorsqu’un pays perd la paix, il est non seulement très difficile de le pacifier et encore moins de rétablir les confiances et les solidarités indispensables pour bâtir sa marche vers le bien-être des populations.
Régulateurs religieux et traditionnels, société civile, le moment n’est-il pas venu de baliser le chemin et le cheminement politiques d’ici 2024 ? Et même après 2024.

Dakar, jeudi 7 juillet 2022
Mary Teuw Niane

PUBLICITÉ

7 commentaire

  1. Jean

    Vous avez tous contribué à engraisser le Monstre qui est un produit de Satan avec comme seule ambition saper les fondements d’une nation déjà léguée par les pairs fondateurs au prix d’énormes sacrifices. Les naïfs, les frustrés, et les haineux le suivent parcequ’ ils sont contre le pouvoir en place. S’il était donné, pour ses égarés de savoir le prix de la paix et de la stabilité, ils allaient se calmer. Allez demander aux pays en proie à l’instabilité combien ils sont prêts à donner pour retrouver ladite paix.
    Ils suivent comme des moutons de Panurge quelqu’un qui n’a ni expérience, ni éducation, encore une bonne moralité .
    Tout autre posture que de dénoncer ces propos de la part des leaders de l’opposition relèverait de l’irresponsabilité
    Réveillez vous avant qu’il ne soit trop tard

    1. liberty

      Tu as tout faux

  2. homme libre

    M Le professeur,le couple c’est Macky Sall qui arme ses guignols qui traitent le président Sonko de rebelle,et vous où étiez-vous, sur autre planète ?

    1. Back

      C’est çà le problème. Que n’a t’on pas traité Sonko et les gens du Sud avant qu’il ne reagisse. Fallait condamner et faire barrage avant que l’autre ne réagisse.

  3. Bob

    Personne ne dit rien quand Sonko est traité de rebelle. Maintenant qu’il contre-attaque tous les “défendeurs de la république “ se lèvent et donnent des leçons. Il y’a sérieusement problème au Sénégal.

    1. Back

      En plus, Sonko ne parle d’ethnie. Il parle plutôt de région (la casamance) et les habitants (les casamancais :diola ,soce , peul ,mancagne, Wolof ,pepel et certainement des Marsiens).Dans ce pays maintenant, les gens sont aveugles intellectuellement.

  4. jules Diagne

    avec Macky Sall la majorité des ministres sont toucouleurs et 80%des directions nationales sont confiées à des toucouleurs et personne n’en parle et je suis quasi sûr qu’il choisira un toucouleur comme éventuel successeur.