PUBLICITÉ
20033815 - Voile à l’Isja : Une controverse inutile et dangereuse (Par Ibrahima Thiam)

Voile à l’Isja : Une controverse inutile et dangereuse (Par Ibrahima Thiam)

Une controverse est en train de naître au Sénégal qui à mon sens n’a pas lieu d’être et risque d’enflammer inutilement les esprits dans une période où notre pays a besoin plus que jamais d’un climat de paix. Il s’agit de la polémique liée à l’Institution Sainte-Jeanne-d ’Arc très connue à Dakar.

Dans cette école de confession catholique le règlement intérieur stipule qu’aucun signe distinctif religieux n’est possible par respect de la laïcité voulue par la République Sénégalaise. Cette décision, les parents en ont été informés plusieurs mois avant la rentrée scolaire et c’est donc au mépris de celle-ci que quelques-uns d’entre eux ont permis à leur fille de se présenter en classe vêtue d’un voile.

Faut-il rappeler que si 90 % de la population sénégalaise est de religion musulmane modérée, essentiellement soufie, notre pays n’a jamais connu durant toute son histoire de conflit inter-religieux, que les catholiques sont libres de pratiquer leur culte depuis le 15ème siècle et que plus de cinq cent mille d’entre eux sont aujourd’hui répartis dans plusieurs diocèses. Si donc des familles musulmanes décident de confier l’éducation de leurs enfants à une école chrétienne elles doivent en accepter les règles surtout lorsque celles-ci ne contreviennent pas aux dispositions d’ordre public.

J’insiste, au Sénégal musulmans et chrétiens ne font pratiquement, si j’ose dire qu’une seule communauté et il serait dommageable de vouloir les opposer. La plupart d’entre nous sont ainsi issus d’un père musulman et d’une mère catholique ou inversement et c’est ce qui fait de notre pays un cas unique, exemplaire dans sa cohésion.

Il ne faudrait surtout pas que le fanatisme et le dogmatisme fasse leur entrée dans nos cours de récréation et soient source de conflits voire d’agressions comme cela se passe dans des pays voisins du Sénégal pour des motifs confessionnels. Nos différences loin de nous diviser nous enrichissent

Nous avons cette grande chance au Sénégal de voir cohabiter différentes religions dans la concorde, c’est un bien précieux et un exemple de tolérance que nous montrons au monde entier. Le bien-vivre ensemble ne doit en aucun cas être remis en question et il appartient au Ministère de l’éducation nationale de veiller à la bonne application des règlements qui régissent tous les établissements scolaires, publics ou religieux.

Pour en revenir à l’Institution Sainte-Jeanne-d’Arc ne cherchons pas à en faire un problème religieux, il s’agit seulement de l’application normale d’un règlement intérieur, comme il en existe partout, dans les administrations et dans les entreprises.

Ne laissons pas certains individus aux noirs desseins jouer les pyromanes et enflammer les enceintes scolaires qui doivent rester des sanctuaires consacrés à l’enseignement de nos enfants dans le respect de chacun. Ne laissons personne, au nom de je ne sais quel motif fallacieux, briser la belle harmonie qui caractérise notre bien vivre ensemble. Je terminerai en rappelant ces mots d’Alphonse Kar qui illustrent parfaitement ce qui précède : « Le bonheur n’est pas un gros diamant, c’est une mosaïque de petites pierres différents harmonieusement rangées ». On ne peut mieux dire.

Ibrahima Thiam

Président du mouvement « Un Autre Avenir »

Polémique Sainte Jeanne D'arc
Annonces

(6) commentaires

Iz

Monsieur thiam on change pa le règlement intérieur du jour au lendemain je pense que ce règlement devrait être applicable au nouveau venu pas aux anciens surtout ceux qui passent du 1er au terminale voilà en gros le probleme

Goor Fitt

Vu sous cet angle « pas de distinction entre musulman et chretien  » chez les élèves c est une très bonne chose
Revoir la communication

Borom Ndiarem Faye

Thiam reglment boumou mene done ak institution boumou mena done sa reglment warouta safano ak sounou contitution té waroula eupou dolé sounou constitution té khalé bou mour bopam di diangue loumouléndi yakhal com soeur bi mour bopam di diangualé taal fitna bakhoul ndakh kén khamoul foumouy yam

Meuz

Mr Thiam en voulant faire justice tu passes à côté de la plaque Cette laïcité même dans notre constitution ne doit permettre aucun institution d’imposer dés régulièrement de ce genre surtout que si on minoritaire dans un pays où on t’a donné tout les droits pour y vivre librement c’est abusif

Diaxlé

Trés bonne contribution. C´est ce que j´attends d´un intellectuel. Force est de reconnaître qu´il y a une monté fulgurente du fanatisme réligieux. Il ne faut pas surtout penser que seuls les chrétiens défendent cette Institution qui a le droit d´appliquer son réglement intérieur. Il y a plein de musulmans qui défendent l´ISJA et j´en fait partie. Tokk leene fofu di xandoor. liye raame ci niake bii la dieume. Beaucoup de jeune se laissent maninuper pas ces libano-syriens chiites qui ont brûlé leur pays et qui veulent mettre le notre en cendres. Gnoo bègne dou gnou ko nangou.

Djiby

Je pense monsieur que vous êtes à-côtés de de la plaque ce qui fait le Senegal c’est justement que chacun fait selon sa religion sans que l’autre ne vienne te faire barrage donc c’est cette école qui transpose des lois européennes pays majoritairement catholiques la laïcité c’est de vivre dans le même cadre sans être pointé du dois pour ses conviction les sœurs qui donne les cours son voiles et cela ne pose pas problème alors pourquoi cela devient un problème quand c’est un élèves que l’institut suit son raisonnement et demande aux sœurs d’enlever leur voiles aussi

Publier un commentaire