Violences dans les universités : Déthié Fall et le PRP dénoncent et proposent une sortie de crise
PUBLICITÉ

Violences dans les universités : Déthié Fall et le PRP dénoncent et proposent une sortie de crise

Le Président Déthié FALL et le Parti Républicain pour le Progrès (PRP) s’indignent de la situation délétère qui prévaut dans nos universités publiques.
Nous assistons, depuis quelques jours, à des mouvements d’humeur et de contestations au sein du campus social de l’Université Alioune DIOP de Bambey.
Le Président Déthié FALL et le PRP tiennent à rappeler à l’Etat du Sénégal son devoir et sa responsabilité dans la préservation de la quiétude et de la sécurité des étudiants, et le déploiement des conditions d’études favorables à leur réussite au lieu de les persécuter jusque dans leurs chambres. Des images très déplorables nous ont été envoyées. Les étudiants constituent L’avenir du pays, l’État leur doit respect et attention.
Et nous jugeons inadmissible qu’en 2021, que les problématiques de sécurité et d’hygiène alimentaires dans les restaurants universitaires ne soient pas correctement prises en compte par l’administration universitaire. Récemment, des centaines d’étudiants de l’Université Alioune DIOP de Bambey (UADB) ont été victimes d’intoxication alimentaire dont un en serait décédé. Nous exigeons une enquête approfondie et indépendante pour éclairer sur les causes du décès du défunt étudiant Badara NIANG.
Nous demandons aussi :
– De conférer aux étudiants la liberté syndicale mais encadrée, en levant d’abord les sanctions prononcées à l’endroit des représentants d’étudiants de l’UADB, et le rétablissement de la Coordination des Étudiants de Bambey.
– Le respect des franchises universitaires. Nous rappelons que le non-respect de ce principe avait conduit, dans le passé, à la mort des étudiants Bassirou FAYE à l’UCAD et Fallou SENE à l’UGB. Le temple du savoir, siège des forces de l’ordre, présente un hideux décor qui n’honore pas notre pays.
– L’annulation de la décision d’une session unique. Nous connaissons tous les effets induits d’une session unique ; elle ne comporte aucune vertu, aucune thérapie dans le sens du règlement des problèmes que traverse notre système universitaire. Elle limite, au contraire, les chances de réussite de nos vaillants étudiants et accroît, par ricochet, le nombre de cartouchards et de chômeurs qui ne satisfont pas aux critères d’employabilité.
– La tenue de discussions franches et sereines entre les différentes parties et comptons sur la prise de hauteur de l’administration universitaire pour définitivement régler ce problème avant que les mouvements de contestations ne se propagent davantage dans les autres universités notamment à l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar et à l’Université Gaston Berger de Saint Louis.
Nous tenons pour responsables le Président de la République Macky SALL, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le directeur du CROUS de Bambey, de tout ce qui arrivera.
Nous rappelons également à l’Etat du Sénégal l’urgence d’aborder, avec sérieux et célérité, la problématique de l’inachèvement de la construction d’infrastructures pédagogiques dans nos universités qui est aussi l’objet des revendications des étudiants notamment ceux de l’Université Assane SECK de Ziguinchor et ceux de l’Université Iba Der THIAM de Thiès. Et d’arrêter cette stratégie, assimilable à une politique de l’autruche, qui consiste à embellir les campus sociaux, les entrées des universités, pour donner l’image d’une université moderne, alors qu’au niveau des campus pédagogiques, les amphithéâtres ne sont pas aux normes, les laboratoires pas au standard de l’avancée technologiques, les travaux pratiques des étudiants pas assez dans l’expérimentation et la recherche avancée.

Fait à Dakar, le 15 décembre 2021
Parti Républicain pour le Progrès/Disso ak Askan Wi

PUBLICITÉ

1 commentaire

  1. Niolj

    Moi beugna dethié (goukh lekh) dem election mom rek peu khol wakhal djiou bari dji yeup loumouy pesé