Vidéo : Violations des droits humains en Éthiopie, un an après l’accord de paix

Le 2 novembre 2022, un accord de paix était signé entre le gouvernement fédéral éthiopien et les forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Malgré cette avancée, les violations des droits humains en Éthiopie n’ont pas cessé, un an plus tard.

Human Rights Watch (HRW) détaille des violations flagrantes des droits humains, allant de meurtres à des viols, en passant par des pillages et des destructions de biens. Ces actes ont été commis par les forces du gouvernement fédéral, les forces du TPLF et les milices alliées. HRW pointe également du doigt l’impunité dont jouissent les auteurs de ces crimes.

Le rapport de HRW a suscité des réactions internationales. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union Européenne ont appelé le gouvernement éthiopien à mettre fin aux violences et à respecter l’accord de paix. Ils ont également demandé une enquête internationale. Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU a également appelé les autorités éthiopiennes à agir pour mettre fin aux violations des droits humains.

En dépit de l’accord de paix, les violations des droits humains persistent et ont un impact dévastateur sur la population éthiopienne. Elles contribuent à déstabiliser le pays et exacerbent une crise humanitaire dans le nord de l’Éthiopie. Le gouvernement éthiopien est sous pression pour résoudre cette situation, en plus de faire face à une crise économique et une sécheresse qui risquent de provoquer une famine.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire