Un élément du Gmi en formation soupçonné d’avoir tué Bassirou Faye

Un élément du Gmi en formation soupçonné d’avoir tué Bassirou Faye

Il y a un rebondissement dans le meurtre de l’étudiant Bassirou Faye, tué par balle, le 14 août dernier au Campus social. A en croire le journal Libération, l’ex-pensionnaire de la Faculté des science a été abattu par un calibre 9 mm, selon les conclusions du rapport balistique.

Et les enquêteurs portent de fort soupçons sur un élément du Groupement mobile d’intervention  (Gmi) qui n’a pas encore quitté l’Ecole nationale de police. Par conséquent, ce dernier n’était pas bien formé pour prendre part à de pareilles opérations de maintien de l’ordre.

En attendant d’y voir beaucoup plus clair, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, nous dit-on, a instruit ses hommes d’aller jusqu’au bout de l’enquête, comme du reste l’avait exigé le président de la République, Macky Sall, qui avait martelé que dans cette affaire, il ne protégerait personne.

L’étudiant Bassirou Faye a été tué suite à des affrontements ayant opposé les policiers aux étudiants qui réclamaient leurs bourses d’études.

2 COMMENTAIRES
  • nogs

    k justice soit faite

  • reussguine

    c’est un policier qui a dit dans un transport en commun que « les senegalais sont connus comme un peuple qui a peur de la mort ce qui fait que à chaque fois qu’il y a une manifestation qu’ils se sentent dépassé ce qu’ils font c’est de tuer un manifestant » et cette revelation mise en relation avec tous les cas de meurtre occasionné par ces supposés « protecteurs et serviteurs des populations ». Justice soit faite

Publiez un commentaire