Un couple français bloqué au Sénégal : leur fils adoptif n’a pas obtenu de visa

Un couple français bloqué au Sénégal : leur fils adoptif n’a pas obtenu de visa

Au départ, une belle histoire d’adoption. En janvier, c’est la fin de 4 années d’attente. Un couple de Baisieux, Cécile et Mathieu, apprennent qu’ils vont enfin pouvoir adopter un petit enfant sénégalais. Il y a 3 mois, les voilà donc partis en Afrique pour faire connaissance avec leur fils.

Une fois sur place, c’est la douche froide, ils apprennent que la Mission d’adoption internationale (MAI), qui délivre les autorisations de visas longs séjours pour les adoptions, refuse de leur accorder ce visa pour leur fils. Un vice de procédure, selon l’organisme qui parle d’un acte notarié manquant. Incompréhension du couple : « Ici, nous avons vu des familles obtenir les visas sans encombre, avec le même dossier, les mêmes pièces, et surtout sans cet acte de notaire qui est presque impossible à obtenir. Alors pourquoi eux et pas nous ? », dénonce Mathieu dans La Voix du Nord (cf courrier dans l’encadré).

Bras de fer avec l’administration française
Depuis déjà 3 mois, c’est un bras de fer que le couple a engagé. Coincé au Sénégal parce qu’il est « hors de question que notre fils retourne à la pouponnière », selon Cécile et condamné à se battre contre l’administration. En France, un comité de soutien a été créé pour tenter de faire bouger les choses. Courrier au président de la République, rencontre avec le maire de Baisieux, pétition, page Facebook et même ce dimanche action symbolique sur le Paris-Roubaix.

La situation est évidemment préjudiciable pour l’enfant mais aussi pour le couple qui a déjà dépensé beaucoup d’argent, qui se dit obligé de chercher une solution de logement sur place et qui risque même de se mettre en difficulté professionnelle (Mathieu est pompier, Cécile est chef d’agence) : « J’ai mes collègues qui me soutiennent mais ma femme n’a pas cette chance, témoigne Mathieu depuis le Sénégal. Si la situation ne se débloque pas elle devra abandonner son travail pour venir vivre ici. »

La Président du tribunal de Dakar ne comprend pas

Pour appuyer leur dossier, le couple et le comité de soutien ont publié sur leur page Facebook la lettre de la Présidente du tribunal de Dakar « qui ne comprend pas le refus du visa » et affirme que leur dossier est complet.

Tribunal Régional
Hors Classe de Dakar
Le Président
Dakar, le 24 février 2014

Madame,

J’ai été saisie par les époux Cécile et Mathieu ORNELLIS, parents adoptifs de l’enfant #############, né le 27 septembre 2013 à Dakar et qui leur a été confié par ordonnance du 30 janvier 2014 du Président du Tribunal Régional Hors Classe de Dakar.

Il leur aurait été réclamé, aux fins d’établissement du visa de leur enfant, le jugement d’abandon de ce dernier. Il se trouve que le jugement d’abandon ne peut intervenir légalement qu’au bout délai d’un an, à compter du jour ou l’enfant a été confié à la Pouponnière par le tribunal.

C’est ce qu’indique l’article 294 du Code de la Famille Sénégalais. A ce jour, ce délai est loin d’être acquis pour l’enfant, l’ordonnance le confiant à la Pouponnière étant intervenu en fin 2013.

Par conséquent, le jugement d’abandon ne peut, en l’état, être pris par les autorités judiciaires sénégalaises. J’ajoute qu’à ma connaissance, c’est bien la première fois que des adoptants au Sénégal sont confrontés à une telle difficulté.

Veuillez agréer, Madame l’assurance de ma parfaite considération.
Aminata Ly NDiaye

Source: france3.fr

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire