Annonces
» » » » Tuerie de Boffa: L’armée décidée à...

Tuerie de Boffa: L’armée décidée à traquer les assassins jusqu’à la limite de ses moyens

Boffa Bayotte, Ziguinchor

La zone militaire numéro 5 de Ziguinchor a assuré lundi être engagée jusqu’à la limite de ses moyens dans la traque des ’’malfaiteurs’’ à l’origine de la tuerie survenue samedi dans la forêt classée de Boffa Bayotte.

« L’armée poursuit ses activités de recherches pour traquer les malfaiteurs. La situation est sous contrôle en zone militaire numéro 5. Nous sommes engagés à aller dans cette traque des malfaiteurs jusqu’à la limite de nos moyens« , a déclaré le commandant de la zone militaire de Ziguinchor, le colonel Khar Diouf, indique l’agence de presse sénégalaise.

« Nous avons une mission de traquer ou même de détruire les malfaiteurs« , a-t-il dit dans un entretien avec des journalistes à Ziguinchor, avant d’ajouter : « Je rassure les populations, si elles entendent des déflagrations, elles peuvent garder leur calme parce que le travail est fait de façon professionnelle sans aucune marge de risques« .

« Nous avons mis en place un dispositif spécial. Nous avons renforcé les moyens mis en œuvre pour exécuter notre mission qui est de traquer ou même de détruire les malfaiteurs à la hauteur des actes qu’ils ont commis« , a insisté le colonel Diouf, en poste à Ziguinchor depuis six mois.

Le commandant de la zone militaire numéro 6 a évoqué « des activités normales d’une zone opérationnelle’’, affirmant que les dispositions indiquées ont été prises « pour que pareils actes ne se reproduisent’’, en allusion au massacre de Boffa.

Treize jeunes ont été tués et six autres blessés dont un grièvement dans une attaque attribuée à des éléments armés supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), samedi après-midi à Boffa, dans le département de Ziguinchor.

Partis en brousse à la recherche de bois, ils auraient dépassé la zone tampon séparant les positions de l’armée sénégalaise de celles des combattants du MFDC, mouvement combattant pour l’indépendance de la Casamance depuis 1982.

Ils ont été capturés par des hommes armés dans la forêt de Boffa, située dans les environs de la commune de Boutoupa Camaracounda, avant d’être exécutés.

 

Annonces
Annonces

4 commentaires

  • Boy thiocé
    8 janvier 2018 23 h 52 min

    Merci mon colonel.
    Pas de répit pour ces criminels.
    Vous avez nos prières

  • Cool
    9 janvier 2018 8 h 01 min

    Jusqu’au bout car rien ne saurait justifier cet acte lâche. Ce sera trop facile d’invoquer la sauvegarde de la forêt classée.

  • Mamadou Kébé
    9 janvier 2018 13 h 25 min

    L’existence d’une zone tampon est en contradiction totale avec les lois de ce pays qui doit être indivisible ;de quelle intégrité territoriale parle-t-on si cette zone tampon existe ? C’est une zone a détruire en même temps que les rebelles que l’armée doit pourchasser attraper et juger sans état d’âme car ils se sont attaqués à des innocents.Je ne savais pas qu’il y avait un état dans un état au Sénégal,un état où le citoyen n’a pas droit de cité.Il faut que cela cesse et ce doit être le rôle de l’armée.Le président n’est pas légitime s’il cautionne cet état de fait.Tout citoyen honnête et patriote doit le condamner.

  • Jean Paul Dias: «Que l'Armée traque les auteurs de la tuerie de Boffa  jusqu'en Guinée-Bissau…»
    15 janvier 2018 8 h 42 min

    […] leader du Bcg dit également contre les bombardements de l’Armée en Casamance. «Le combat, ce n’est pas le bombardement, le combat, c’est le […]

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *