PUBLICITÉ

“Troisième mandat : une question de décence et de pudeur, pas de droit !” (Par Alassane Kitane)

Depuis quelques temps, des juristes, des hommes politiques et quelques leaders d’opinion, soulèvent un débat qui aurait dû être tranché par Macky Sall depuis longtemps pour éviter des soubresauts périlleux dans le futur. Il avait toute la latitude de faire ajouter une disposition transitoire pour régler la question de savoir si le mandat de sept ans est concerné par le décompte.

Profitant de cette faille, ses juristes font du tapage pour instiller dans les esprits la plausibilité d’une quête de troisième mandat par l’actuel président. Il faut savoir que parmi les scientifiques il y en a dont la probité morale est intellectuelle est indubitable : le Pr Jacques Mariel Nzouankeu est de ceux-là. Mais certains scientifiques sont des serviteurs de causes, d’intérêts ou de l’idéologie. C’est difficile donc de ne pas croire qu’il n’y a pas parmi ces gens des volontaires ou des agents d’une entreprise de communication dont la synchronie est d’ailleurs suspecte. On dirait un piano sur les touches duquel on joue avec frénésie, mais aussi par calcul méticuleux, des notes destinées à habituer durablement nos oreilles à consommer la symphonie. Rien n’est fortuit dans le choix des personnes et dans le timing des sorties, relativement à l’actualité et aux actes posés par le Président. La question que nous nous posons quant à nous est de savoir si le bon sens et l’éthique ne suffisent pas à trancher contre un troisième mandat du Président Macky Sall.

La Constitution émane du peuple, elle est la traduction de la volonté du peuple en Loi. Mais nous savons tous qu’il peut y avoir écart, et même trahison, entre la volonté du peuple et la façon dont elle est transcrite en lois par les spécialistes. Rousseau n’avait sans doute pas tort de penser qu’il faudrait des dieux pour donner des lois aux hommes. Ce que le peuple veut et qu’il a montré en 2012, c’est : JAMAIS PLUS DE DEUX MANDATS. Entre ce que le peuple veut et ce qui a été réellement écrit dans la Loi, qui a la précellence ? Mais la question préjudicielle qui nous sera servie est de savoir : qui est habilité à dire ce que le peuple veut ? La réponse nous paraît évidente : c’est le Conseil constitutionnel ou le peuple lui-même en reprenant, par la rue, sa souveraineté. « La première et plus importante maxime du gouvernement légitime ou populaire,(…) est de suivre en tout la volonté générale ; mais pour la suivre il faut la connaitre, et surtout la bien distinguer de la volonté particulière en commençant par soi-même ; distinction toujours fort difficile à faire, et pour laquelle il n’appartient qu’à la plus sublime vertu de donner de suffisantes lumières » disait fort justement Rousseau (« Discours sur l’économie politique » In Tome V de l’Encyclopédie en 1755).

Parmi les défenseurs de la légalité d’une candidature de Macky à un autre mandat en 2024, il y en a qui évoquent la décision du Conseil constitutionnel N°1/C/2016 du 15 Février 2016. Or, même si on n’est pas juriste, on sait que le Conseil constitutionnel a été saisi, non sur le nombre de mandats, mais sur la question de savoir si la réduction du mandat pouvait s’appliquer à celui en cours. Le reste est maintenant une question d’inférences de juristes ; car le droit est parfois comme l’axiomatique en mathématique : c’est de la cohérence du raisonnement que les conclusions tirent leur force et leur validité. Il faut dire d’ailleurs que cette saisine du Conseil constitutionnel n’était pas opportune, il suffisait à Macky, pour honorer sa parole, de démissionner. Mieux, si la modification constitutionnelle ne vise pas le mandat, mais la personne « nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs », (j’allais ajouter « quelle que soit la durée du mandat et quel que soit le régime de la Constitution considérée ») la révision de 2016 serait non seulement inutile, mais aussi nocive pour l’idéal qui était poursuivi.

C’est quoi finalement l’esprit de la Loi ? Quelle est sa finalité ? A quoi sert une Constitution ? Voilà pourquoi il est légitime de s’étonner que notre pays n’ait toujours pas opté pour une Cour constitutionnelle qui aurait plus de prérogatives et de liberté. Pourquoi Macky avait-il alors changé la Constitution sur ce point (étant entendu qu’il aurait pu passer par l’Assemblée nationale pour changer la durée du mandat) dès lors que celle de Wade avait déjà réglé le problème ? Donc les théoriciens du troisième mandat sont en train de nous suggérer que Macky a justement changé la Constitution, non pour la consolider, mais pour la déconsolider ; qu’il n’a pas saisi le Conseil constitutionnel pour diminuer son mandat, mais pour installer une confusion ; non pour ne pas faire comme Wade mais justement pour faire comme lui ! C’est donc ça le piètre génie politique de ce Président ?

Conclusion : donc Macky a voulu arnaquer ses compatriotes ! Macky nous aurait proposé une révision constitutionnelle pour finalement prétendre à trois mandats (soit dix-sept ans de pouvoir !) alors qu’il avait saisi le Conseil constitutionnel pour savoir si son premier mandat pouvait être réduit de sept à cinq ? C’est quoi ce charabia ? Pourquoi voulait-il alors réduire son mandat ? Dans l’esprit de Macky Sall, inspirateur de la Constitution, douze ans de Wade, c’est trop, mais lui peut non seulement faire douze ans, mais aussi prétendre à plus ! Quand-est-ce que ce ping-pong constitutionnel va donc cesser, étant entendu que le prochain président pourra faire voter une nouvelle Constitution, laisser la porte ouverte à des interprétations « dé-consolidantes » pour parler comme l’autre ?

Notre pays ne mérite pas ce jeu de ping-pong ; notre démocratie doit stabiliser certaines questions qui relèvent du bon sens et non du droit. Nous ne sommes pas un peuple qui balbutie, démocratiquement parlant. Sous ce rapport, ceux qui théorisent et font l’apologie d’un mandat illimité méritent d’être poursuivis en justice pour perversion de la Loi et incitation à la forfaiture. Ces chefs d’inculpation seraient, en tout cas, moins farfelus que ceux pour lesquels le commissaire Boubacar Sadio avait été inquiété. La science est utile, mais elle n’est pas indispensable à l’homme.

En revanche, un homme qui vivrait sans aucune forme de sagesse cesserait d’être un homme. Ce qu’il nous faut sur cette question, c’est en fin de compte, une étincelle de lucidité et de sagesse de la part du Président Macky Sall. Il ne faut pas rêver, les lois ne peuvent pas tout régler dans une société humaine : il y a des choses qui relèvent davantage de la sagesse humaine que du droit positif. Nous devons, sous ce rapport, exiger que dans la future Cour constitutionnelle, d’anciens Présidents de la république, des professeurs titulaires de philosophie et de sociologie, siègent à côté des professeurs de droit.

Alassane K. KITANE

251
Annonces

(12) commentaires

  • Malick Diallo

    monsieur kitane vous nous faites rire un president ou sont mandat fait lobjet de trop de malversances de detourement en nas plus finire ont dirais que les senegalais sont aveugle il oublient vite ya des excemples loffnac est la . avec des rapports sur le table du presdent honnete les 94 milliards de mamour diallo personnes ne pipe mots le cas de aliou salle plus grand corronpus de lan 2019 laffaire de franck timus . vous senegalais vous oublier vite est que francement ce president merite une 3e mandat il ne respectent pas les senegalais parceque ce systeme de 1960 leur est est benefique il sont. la justice larmè est lassemblèe national ilfont cequil veulent parceque ce peuple est ingnorant tantquece systeme nechange pas cepays niras nulle part domage vous les intelectuelles vous etes malhonnetes ce peuple doit se reveiller ce que disait senghor avec ce sale systeme que nous avont irriter du partie socialiste senghor disait les pauvres toujour pauvres les riches toujour riche cest inadmissible ont peux pas continuer comme ça peuple du senegal reveiller vous de 1960 a maintenant tout notre argent voler sont dans les pariradies fiscaux entre les mains des pretent noms cesysteme nest pas bon por lesenegal mes domage ce pays yatrop dignorants qui traversent leurs vie en aveugle pauvres senegal nos autorites sont mechants les riches aux senegal ce sont les marabouts est les politiciens verreux mes demain latombe inchalla .

  • Malick Diallo

    monsieur kitans ce president ne merite pas 3e mandats vous navez pas ces malversancesqui a commis dans ce pays des beaux parleurs un systeme qui nous portent qui nous portent prejudice ce sale systeme de senghor qui nous menent nous tous a la pauvretè

  • Alioune Diop

    en 2025 Macky Sall aura autre chose en tête que de penser à un troisième mandat hypothéque .sont problème sera de quitter le pouvoir et ne pas aller en prison

  • Tima Dieme

    pitié s il vous plait descent

  • Beugue Sa Rew

    sou ko defe mo nekeu premie president dans l histoire du senegal bou doundou Lou deta

  • Kande Samba

    c toi ki nous distrait cher journaliste park il n est pas kestion de 3emes mandat car maki mm a tranche a la veille de la campagne electorale 2019 en diant clairement si les lui font confiance il va briguer 1 second et 2 eme mandat par consekent il est unitule de vouloir parler de violation de la constitution
    .je ne crois pas k maki est ossi intelligent pour tente koik il en soit….

  • Lune

    Pour être honnête , et pour respecter les lois et droits sénégalais , rien ne l’empêche de se présenter , mais j’aurais préféré qu’ il y renonça , je dirais même qu’à sa place j’aurais profité de la situation actuelle , pour remettre de l’ordre dans plusieurs secteurs , par expl : ne plus revenir comme c’était avant dans les marchés , les voitures corbillards qui roulent au Sénégal , les jeunes talibés dans les rues , l’incivisme de sénégalais ( marchands ambulants ) dés garages mécaniques à chaque coin de rue , quatre ans ( 4 ) pour que ces habitudes sénégalaises disparaissent à jamais . ( COVID-19 oblige ) mais pour ses adversaires , si jamais il s’entêtait à se représenter pour un troisième , ça devrait être du pain béni pour eux , puisqu’il est honni par les sénégalais , ou bien , il y’a quelques chose qui m’échappe

  • Lune

    Quoique , quoique la loi lui laisse toute possibilité de se représenter , je sais que les anti nous feront une lecture à leurs guises de la constitution , mais les textes sont clairs . Maintenant moi fan et supporter je souhaite qu’il s’arrête là pour ancrer notre démocratie encore plus haut . A sa place je profiterai même de l’effet COVID-19 pour déblayer encore plus la route de l’émergence , en faisant comment ?
    1) empêcher a jamais le retour de la chienlit dans les marchés comme on a toujours vu .
    2 ) enlever a jamais de la rue les enfants talibés , les marchands ambulants et tous les garages mécaniques qui sont dans chaque coin de rue .
    3 ) enfin interdire toute voiture qui n’est pas en état de rouler de prendre la toute , et mettre des panneaux de signalisation clair , comme éclairé tout Dakar .
    Et alors je dirais au Sénégalais voilà je vous laisse une ville clean , prenez vos responsabilités en mettant quelqu’un qui ne va pas foutre ça en l’air .

  • Mansour Gassama

    Jacques Mariel Nzouankeu fait partie de ceux qui avaient soutenus le 3e mandat de Abdoulaye Wade

  • Jhonesene

    malheureusement pour nous .car nous voulons des informations et des conseils sur cette crise qui secoue le monde mais malheureusement on nous distrait dans des débats inopportun

  • Aboubacar Balde

    Macky aura un 3em et 4em mandat c’il le veux être.Donc fermez vos gueules le Sénégal ne vous appartient pas seuls

    • Ouleye Sarr

      Sarap ndeyame douko ame a moins de passer sur nos corps. Domoukharame bou tothie leufeul ndeyame bi yakhe rew mi….

Publier un commentaire

PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
  • Makhtar cissé 4:30 - 09/07/2020 Ressources naturelles: “Que fait encore Makhtar Cissé à la tête de notre pétrole ?”, M. L. Diallo
  • téléchargement 2:14 - 09/07/2020 Pierre Goudiaby Atépa: “Je continuerai sans peur aucune ,mais également sans reproche aucun”
  • Conseil_des_Ministres-visioconference-1er_Avril_2020_03-1280×720 1:10 - 09/07/2020 Relance de l’économie nationale: Macky Sall accélère ses ministres
  • Mamadou Lamine Diallo (1) 0:17 - 09/07/2020 Industrialisation: “Les ministres chargés de l’économie de Macky ont peur de débattre”, M. L. Diallo