Touba : Un petit-fils du Khalife des mourides brutalisé par des policiers
PUBLICITÉ

Touba : Un petit-fils du Khalife des mourides brutalisé par des policiers

Un petit-fils du Khalife général des mourides est victime de brutalité de la part de la police de Touba qui l’a confondu à un escroc. Informé, le Khalife des mourides parle d’un manque de considération manifeste. 

Humilié devant sa famille

Serigne Bassirou Mbacké, c’est son nom, est revenu sur cette aventure fâcheuse dans L’Obs. Il a été surpris dans sa maison contiguë à celle du Khalife de Touba, à Touba Darou Minam. Il a été tiré du lit par quatre policiers, qui ont auparavant escaladé le mur, à la recherche d’un certain Bassirou Touré.

Le petit-fils du Khalife, qui était prêt à les suivre au commissariat,  dit être brutalisé devant sa famille par ses hôtes. Refusant toute préséance, ces derniers ont voulu le menotter devant sa famille. Sa mère, venant aux nouvelles, pour l’extirper des mains de ses bourreaux, s’est vue projeter hors des hostilités par l’un des policiers.

Une méprise qui fait jaser

Pour éviter de faire souffrir sa maman, Serigne Bassirou a accepté d’être menotté et conduit au Commissariat de Gouye Mbinde comme exigé par ses chaleureux visiteurs. « Un d’entre eux a tiré par derrière mes deux bras, un autre m’a étranglé et un troisième est passé par derrière en tirant ma culotte ». C’est sur ces entrefaites, raconte-t-il, qu’il a perdu connaissance.

Au commissariat, il lui est reproché d’avoir escroqué 130 millions. Mais les enquêteurs se sont vite rendu compte qu’ils l’ont confondu à un malfrat activement recherché et l’ont libéré.

Les deux commissaires sermonnés

Une bavure qui n’est pas du goût du marabout de Serigne Bassirou, Serigne Moussa Nawel, et du Khalife général des mourides, qui parle d’un manque de considération.

Le commissaire Bachirou Sarr de Janatou Mahwa et le lieutenant Faye, patron du commissariat de Gouye Mbinde devant le Khalife général des mourides, ont présenté leurs plates excuses avant de promettre à l’autorité de Touba qu’ils ne protégeront personne concernant l’enquête.

844
PUBLICITÉ

15 commentaire

  1. sow

    vous les journalistes vous exagéré bcp sur des faits mineurs arrêtez un peu de spèculer

    1. DIALLO

      billahi

      1. santati

        Ya gnémé yalla di wath bilakhi té khamo nimou démé .lougnou WAKH thi Touba nguéne wédi dakh CONTRE wayé SÉNE khol dina dague

  2. Papaabdoulaye Barry

    Tout ça c’est de manque de formation, avant de faire des interprétation musclé il faut être sûr à 100 /100 le commissaire devait rendre sa démission immédiate et les policiers virer

  3. Sam le pirate

    🇸🇳🇸🇳 Au Sénégal du petit dirigeant nommé macky sall Policier= NERViS. 😡😡

    1. Sam le pirate

      🇸🇳🇸🇳 La Police Sénégalaise est la plus MAL FORMÉE de toutes les police du monde. Dama lène di khol , kholbou tang dima beuga ray ak sèni ragggaayy ni poussoo. 😡😡

      1. Doro Sy

        C est aujourd’hui même qu’ils acceptent leurs dérapages, on peut arrêter une personne sans la brutalité

  4. xuli

    bachirou Sarr fait un excès de zèle, à thiaroye, ils faisaient ridiculiser et minimiser certains prévenus.

  5. Mamadou Marone

    C’est inhumain,ils n’ont jamais respecter la dignité humaine

  6. DIALLO

    les africains ils ont les réssources naturel mais .les Européens ils ont les ressources humaines

  7. makhou

    il faut bruler les commissariats et tuer les policiers .

  8. fayad

    Je me demande dans quel pays sommes nous . .

  9. Abdoulaye Diallo

    vous policiers respectez la population

  10. Mactar

    Le Sénégal traverse des moments très sombres de notre histoire. Tous les Sénégalais souffrent, la police est devenu trop brutale, agressive et irrespectueuse des Sénégalais. Quand des policiers ne sont pas inquiétés après avoir tué 14 personnes, il faut s’attendre à tout.

  11. Idrissa ndiaye

    Dara diapouléne loudoul rew ak yabatté yaw yangui niew di séte kou toudou bassirou gueye wakhe deug yallah mbacké ak gueye soréna lolou wayé yallah bakhena ba serigne télé dieul aye mesure naniouy khol liniouye déffe ngéne balma