Terrorisme au Sahel : « Les solutions strictement militaires montrent leur inefficacité… »

Terrorisme au Sahel : « Les solutions strictement militaires montrent leur inefficacité… »

Dans cadre d’un partenariat entre le Bureau Régional de la Fondation Konrad Adenauer pour la promotion de l’Etat de Droit en Afrique et Timbuktu Institute (Dakar-Niamey), un wébinaire régional sera organisé ce mercredi 2 septembre sur le thème : « Chaîne pénale et acteurs de la société civile : quelle synergie pour la prévention de l’extrémisme violent au Sahel ? ». Il sera ouvert à la participation des acteurs étatiques, des forces de sécurité et de défense de la région, des praticiens, de la société civile, des chercheurs et des experts des organisations régionales et internationales etc.

Solutions…

Pour Dr. Bakary Sambe, directeur de Timbuktu Institute et coordonnateur de l’Observatoire des Radicalismes et conflits religieux en Afrique (ORCRA), « les solutions strictement sécuritaires ou militaires montrent leur inefficacité et leurs insuffisances et l’aggravation de la situation dans les différents pays du Sahel invite plutôt à une valorisation des méthodes préventives, y compris de la part des forces de sécurité ».

Dialogue serein…

« Très souvent en contexte de lutte contre le terrorisme, on a tendance à opposer les acteurs de la chaîne pénale à ceux de la société civile, notamment engagés dans la défense des droits humains. Il se trouve que cette conception de rôles opposés disperse les nombreux efforts dans cette lutte qui doit faire l’objet d’une approche holistique et inclusive », souligne Dr. Bakary Sambe qui rappelle que « ce premier webinaire d’une série soutenue par la Bureau régional pour la promotion de l’Etat de Droit initie un large débat dont l’objectif sera de faciliter davantage un dialogue serein entre tous les acteurs impliqués dans la prévention de l’extrémisme violent et la lutte contre le terrorisme ».

Dégager des pistes de réflexions sur…

Par cette conférence régionale, il s’agira surtout de dégager des pistes de réflexions sur les possibilités de synergies et de coopération entre les acteurs de la société civile et de la justice pénale. L’idée est de voir dans quelle mesure « rompre d’avec la logique de l’opposition systématique des rôles » et promouvoir une meilleure collaboration dans la prévention d’un phénomène aussi complexe qui interpelle les pays de la sous-région.

1 COMMENTAIRE
  • Unite.d.elite

    Restez là bas à cogiter seulement ! wakh wakh wakh rek !!!!
    GUEMOULEN DARA SINON LES FINANCEMENTS DE VOS SEMINAIRES QUI PASSENT POUR L ESSENTIEL DANS VOS POCHES SOUS FORME DE PERDIEM !
    Les terroristes djihadistes islamistes NE SONT PAS DES ENFANTS DE CHŒUR ! ils ne font pas de séminaires, sinon des endoctrinements efficaces au sein des masses populaires démunies? à qui ils promettent non seulement un paradis en tant que martyr mais qu ils les financent très gracieusement !!!! POur un jeune inculte chômeur le choix est vite fait !!!! DANS LE CAS DE LA ZONE SUBSAHARIENNE LE FERMENT D UNE INFLATION DES CELLULES JIHADISTE SERA FORCEMENT LA PAUVRETE DES MASSES POPULAIRES !!!! tout le debat devrait etre au niveau de la lutte contre la pauvreté et la crétinisation des masses par la religion !!!! DONC DES PROBLEMES DE DEVELOPPEMENT !!! POUR LE MOMENT SEULE LES OPERATIONS MILITAIRES AVEC LA MEME METHODE QUE LES JIHADISTES EST OPERATIONNELLE ET EFFICACE ! UN JIHADISTE ISLAMISTE IL NE FAUT PAS L ARRETER POUR LE METTRE EN PRISON ! LA SEULE SOLUTION EST DE L ABATTRE SUR LE TERRAIN SANS SOMMATION ! DONC IL FAUT FORMER DES UNITES D ELITES QUI AURONT LA MEME PLASTICITE SUR LE TERRAIN QUE LES ISLAMISTES !!! LA SEULE SOLUTION JE LE REPETE EST DE LES ABATTRE SUR LE TERRAIN //// CAR EUX NE TE FERONT PAS CADEAUX SUR LE TERRAIN !

Publiez un commentaire