Supposé vent de révolte à la RTS : Le DG Racine Talla recadre la section Synpics (communiqué)

Accusé d’être l’auteur de nominations “incompréhensibles et d’avoir reservé un traitement bas de gamme aux travailleurs de la RTS”, le directeur général de la Radio Télévision Sénégalaise (RTS) ne pouvait rester indifférent face au requisitoire de la section Synpics de la boîte qu’il dirige. C’est d’autant plus normal que Racine Talla a tenu à démontrer à ses pourfendeurs que la RTS est loin de traverser des heures sombres comme le ils le prétendent. 

La Direction Générale répond au SYMPICS -RTS. Suite au communiqué de la section du Synpics-RTS du 9 juin 2020, la Direction Générale tient à apporter les éléments de réponses ci-après :

1. Dire que le renforcement de l’équipement des stations régionales et la migration HD est un échec relève d’un manque notoire de discernement. La RTS dispose de 14 radios régionales, de la chaîne nationale, de Dakar FM, de RSI et d’une radio vision. Notre label HD nous vaut des partenariats dans la sous-région. Le Car tombé en panne et ramené en Belgique, réparé puis ramené à Dakar montre la solidité de nos clauses de garanties. Quid des unités de tournage ou serveurs en panne, le communiqué fait l’impasse sur les problèmes de manipulation de ces appareils et sur les contrats d’assistance qui nous permettent de réparer à distance tout matériel tombé en panne. Le processus de migration en phase finale a connu un ralentissement avec la COVID 19 qui a empêché le déplacement des experts pour finaliser les configurations. Le marché de ce matériel est exécuté depuis 2017 par une entreprise sénégalaise qui en est l’adjudicataire ;

2. Concernant les nominations, elles restent une prérogative de la Direction Générale. Des hommes et des femmes en ont bénéficié sur proposition de leurs directeurs respectifs, dans la limite des postes à pourvoir. Évidemment tout le monde ne peut être nommé ! Ni l’âge, ni l’ancienneté n’ont été érigés comme règles pour promouvoir un agent. En conséquence, parler de représailles relève de la mauvaise foi. Il suffit juste que le personnel regarde autour de soi pour se rendre compte que ceux et celles qui ont été cités ne parleront guère de représailles. D’ailleurs représailles pourquoi et contre qui ? C’est une lapalissade que de répéter que nommer un agent ou entériner une proposition de nomination relève du pouvoir discrétionnaire du Directeur Général, en l’espèce !

3. Il est bien gênant de citer nommément des personnes. Mais nous tenons à préciser que l’agent qui a démissionné l’a fait en toute responsabilité, pour des raisons qui lui sont propres et qui n’ont rien à voir avec une quelconque ambiance à la RTS. Il s’agissait pour la concernée d’aller assumer ailleurs, dans une autre position des responsabilités plus importantes voire plus motivantes ! Concernant l’agent interdit d’antenne, la Direction générale assume cette décision. Et c’est réducteur et de mauvaise foi que de parler de problème de clef. La salle de maquillage de la RTS a été fermée, par mesure de prévention, sur recommandation du Médecin d’entreprise car étant un espace fréquenté avec un flux important. Lorsqu’un agent, délibérément, brave cette mesure, la hiérarchie prend ses responsabilités. Il est insensé de défendre l’indéfendable !

4. Concernant le transport des agents, après que le Président de la République a décrété l’assouplissement des mesures liées au transport public, rien ne pouvait justifier que la RTS continuât d’assurer le transport de tous les agents de leur lieu de travail à leur domicile ou vice-versa; Le transport a été assuré aussi longtemps que les mesures étaient en vigueur:

5. Il est irrationnel de lier les mesures de nomination avec les négociations sur un nouvel accord d’entreprise . La Direction Générale a fini de faire ses propositions à l’Intersyndicale Synpics-Cnts depuis plusieurs mois . Elle attend toujours les contre-propositions de l’Intersyndicale. La bonne foi dicte de retracer le processus en toute vérité . La Direction Générale a refusé de négocier avec les deux syndicats séparément d’autant plus que la plate-forme a été introduite officiellement par l’Intersyndicale;

6. Concernant les reversements à l’IPM, un virement à hauteur du montant dû avait été introduit 24h avant le communiqué. Il ne se posait alors qu’un problème de date de valeur ! Pour les autres reversements un plan est élaboré et sera respecté comme d’habitude;

7. Il n’y a jamais eu changement d’organigramme mais des postes pourvus et qui étaient prévus dans le dernier organigramme adopté par le Conseil d’administration. Parler d’incidence financière des nouvelles nominations, c’est ne rien comprendre aux révisions budgétaires en matière de possibilités et de limites sur des rubriques ou postes bien précis déjà dotés.

8. Moderniser la RTS, c’est aujourd’hui l’avoir pourvue en programmes utiles et attractifs, acquis ou produits par la maison. Pour le reste , c’est ramer à contre courant des principes basiques de l’économie des médias que de penser que les boîtes de production privées sont des concurrentes des agents qui ont les compétences de produire des émissions de même facture. Le penser, c’est vraiment passer à côté des tendances actuelles . Plus de 70 % des programmes des chaînes généralistes et même thématiques sont produites par des boîtes privées et vendues aux opérateurs de télévision. L’habillage de l’antenne qui intègre décors et lumières est pris en charge, aujourd’hui, par des jeunes de la RTS

Annonces

Un commentaire

  • Mbaye Fall

    s’il vous plaît pences au stagiaires jai etait stagiaires a la rts 1 pendant 7 mois