« Si Serigne Mbaye Thiam était de l’Apr, … », Par Baba Gallé Diallo

« Si Serigne Mbaye Thiam était de l’Apr, … », Par Baba Gallé Diallo

La crise scolaire qui frappe le Sénégal a trop durée. Elle est arrivée cette année, en 2016 à un tel niveau de sévérité que tous ceux et celles qui se soucient de l’avenir de notre pays et de nos enfants doivent se lever comme un seul homme pour empêcher le naufrage de notre école.

Nous n’avons pas le droit de rester bras croisés comme un spectateur aphone alors que le destin de notre pays, le Sénégal et de nos enfants sont en jeux et sérieusement menacé. Nous devons tous quelque chose à l’Etat et à son école. Si nous sommes devenus ce que nous sommes, que nous soyons fiers d’être ce que ce que nous sommes devenu ou pas, au-delà de nos efforts intellectuels personnels d’apprentissage, on le doit à l’Etat du Sénégal qui a construit des écoles et recruté des enseignants.

A la tête de cet Etat, se trouvent certes des adultes qui s’occupent chacun en ce qui le concerne de sa carrière politique ou administrative mais qui ont le devoir en tant que adultes de préparer et l’avenir de notre pays et celui des générations présentes et futures en vue de les doter de tous les moyens pour faire face aux défis de développement qui les interpellent au jour d’hui et qui les interpelleront demain.

Le capital humain autrement dit le développement des ressources humaines constitue l’axe 2 du Plan Sénégal émergent (Pse). Ce qui met en évidence, l’importance qu’accorde le Président Macky Sall au secteur de l’éducation et de la formation professionnelle. Donc, tout ce qui contribue à annihiler les efforts déjà consentis dans ce domaine voire à compromettre ce qui est en train d’être fait, doit immédiatement être écarté de notre chemin pour permettre à notre pays de faire les sauts qualitatifs attendus de lui dans les secteurs essentiels de l’économie aux fins d’atteindre l’émergence.

Grosso modo, le conflit qui oppose présentement les enseignants grévistes à l’Etat du Sénégal, au-delà des raisons du non-respect des accords, soit dit, et de la perception que les uns et les autres ont de ces accords, la personnalité de M. Serigne Mbaye Thiam ministre de l’Education nationale n’est- il pas le premier facteur causal ?

Du fait que M. Serigne Mbaye Thiam n’appartient pas à l’Alliance pour la République Yakaar (Apr Yakaar) au pouvoir n’est-il pas le second facteur causal?

Sans parti pris, on pourrait se demander logiquement, au vu des obstacles et des mesures radicales brandies, si Serigne Mbaye Thiam était de l’Apr Yakaar aurait il agit de la sorte ?

Est-ce que c’est parce qu’il n’est pas de l’Apr Yakaar qu’il aurait et agit de la sorte face aux enseignants grévistes? M. Serigne Mbaye Thiam n’est de l’Apr Yakaar. Première lecture de son attitude : on dirait que M .Serigne Mbaye Thiam présente une attitude du genre « je vais montrer au Président Macky Sall et M. Ousmane Tanor Dieng Secrétaire général de mon parti que j’occupe bien ma place de Ministre de l’Education nationale et que je suis à la hauteur des espoirs placés en moi. Quoi qu’il arrive, je ne dois pas les décevoir. Je fais ce que me dicte ma conscience et ce que la loi me permet de faire en toute loyauté »

Sur ce chapitre, il n’aura pas tort tant que tout ce qu’il entreprend et fait participe à satisfaire la demande des populations en ce qui concerne le secteur de l’Education nationale et à renforcer le pouvoir du Président Macky Sall par ricochet.

Cependant, est ce que, le fait que M. Serigne Mbaye Thiam ministre de l’Education nationale refuse d’obtempérer à la décision de justice de la cour d’Appel rétablissant dans leurs droits les élèves maîtres radiés, suspend les salaires et envisage la radiation des enseignants grévistes contribue à renforcer le pouvoir du Président Macky Sall ou à le desservir ?

Bref ! La solution à la crise scolaire qui sévit dans notre pays est beaucoup plus politique que réglementaire. Si M. Serigne Mbaye Thiam ministre de l’Education nationale était de l’Apr Yakaar aurait-il été plus réglementaire que politique dans la résolution du conflit qui l’oppose aux enseignants ?

Serigne Mbaye Thiam n’est pas de l’Apr Yakaar. Deuxième lecture de son attitude : Serigne Mbaye Thiam présente une attitude du genre « Mon parti, le Ps, n’est pas au pouvoir. Si les mesures que je prends sont impopulaires tant que j’ai le soutien et la confiance du Président Macky Sall et de Ousmane Tanor Dieng Secrétaire général de notre part, ça va ! Peu importe. Advienne que pourra. Politiquement parlant, ça m’arrange. Si les enseignants sont fâchés contre le Président Macky Sall. Ça lui fait des voix de moins. Et ça ouvre des perspectives à mon parti. »

Qui sait ? Personne. Rien que lui. Ce qui est certain, il y a problème pour un parti politique au pouvoir, lors qu’il décide de confier le ministère de l’Education nationale très agité à quelqu’un qui n’est pas du même parti politique que lui.

Les enseignants dont les salaires sont suspendus ou seront suspendus, que vont-ils faire ? Et ceux et celles qui seront radiés, qui vont les remplacer dans les classes qu’ils occupaient? Combien ça va couter à l’Etat ? Quelles seront les conséquences de ces radiations sur le système scolaire ?

Grand paradoxe par rapport à l’axe 2 du Plan Sénégal Emergent qui mise sur la qualité du capital humain c’est-à-dire du développement des ressources humaines. Difficile à comprendre, que l’Etat du Sénégal , après avoir tant investi sur ces enseignants grévistes, de l’école primaire en passant par le collège, le Lycée, l’université et l’école de formation renonce à eux en suspendant leur salaire ou en les radiant., Envisager la radiation, c’est non seulement manqué de culture de capitalisation mais aussi et surtout c’est ignoré les pertes économiques inhérentes que pourrait engendrer une telle décision. ,

En pleine connaissance des effets néfastes induits par ce conflit qui oppose l’Etat aux enseignants dans les tissus du climat social scolaire et des répercussions négatives sur la qualité de l’enseignement engendrées, si Serigne Mbaye Thiam ministre de l’Education nationale était de l’Apr Yakaar, ce que je crois, il aurait une autre attitude différente de celle dont il a fait montre jusqu’à maintenant. En termes simples, je veux dire que s’il était de l’Apr Yakaar, sans nul doute, face aux enseignants grévistes, il serait beaucoup plus politique que réglementaire c’est-à-dire beaucoup disposé, préoccupé à négocier que de vouloir ’appliquer la loi.

Une coalition de partis politiques est une coalition de partis politiques qui n’ont pas forcément les mêmes intérêts politiques.

Baba Gallé DIALLO / Email : bbgd70@yahoo.fr

4 COMMENTAIRES
  • kheus

    vraiment le gouvernement de macky sall ne veulent rien du tout

  • birou

    voilà un sénégalais qui réfléchit

  • BBY

    Puisque l’Apr ne savait pas diriger quand vous étiez arrivé hasardeusement au pouvoir et que vous étiez en panique totale, votre chef qui n’a jamais su diriger (à part exécuter des ordres) a sorti le fameux «gagner ensemble, gouverner ensemble» et a coopté toutes les sauces arc en ciel sans aucune vision commune pour le rassurer. Votre chef est allé jusqu’à embaucher ses pires dénigreurs qui passaient tout leur temps à étaler ses incapacités, rien que pour les faire taire. En vérité, votre chef a toujours eu peur d’une opposition contre lui. Donc, allez vous plaindre à votre chef et laisser Sérigne Mbaye Thiam car tous ont été nommés par votre chef. l’option gouvernance soupou kandjia est prise par votre chef tout simplement parce que c’était le moindre mal pour lui et ça lui permettait de masquer ses carences, pas aux yeux des politiques qui en sont conscients depuis, mais aux yeux des populations. Tous les décrets de nomination ont été signés par votre chef de l’Apr. Les décrets de limogeage de l’ex première ministre Aminata Tourré et Abdoul Mbaye ont été signé par votre chef n’est ce pas? Est il plus facile de limoger des premier ministres qu’un simple ministre. Si comme vous dites, le ministre Sérigne Mbaye Thiam met en danger le présent et l’avenir du pays et l’axe 2 du pse qui vous est si cher, qu’attend votre chef pour le limoger? Serait il complice lui même de la menace qui pèse sur l’axe 2 du pse et de l’avenir? Lui qui aiment souvent rappeler à l’ocasion que c’est lui qui est président et qui décide, n’est ce pas là une autre occasion pour le dire et le montrer? Assumez vos options de gouvernance soupe kandjia!

  • Monteiro

    Il a montr ses limites dans ce secteur, il doit partir.

Publiez un commentaire