Sécurité alimentaire et infrastructures résilientes : Plus de 12 mille milliards pour l’Afrique
PUBLICITÉ

Sécurité alimentaire et infrastructures résilientes : Plus de 12 mille milliards pour l’Afrique

Le programme d’adaptation climatique compte mobiliser 25 milliards de dollars, soit 12500 milliards de francs CFA en 5 ans, pour investir dans la sécurité alimentaire et des infrastructures résilientes en Afrique, a déclaré vendredi, à Dakar, le directeur général du centre mondial pour l’adaptation, Pr Patrick Verkooijen.

« Ce programme d’adaptation climatique nous permet de travailler avec un coût de 25 milliards de dollars que nous devons mobiliser sur 5 ans », a-t-il dit, lors de la conférence sur le programme d’adaptation climatique.

Ce programme, a-t-il précisé, va couvrir non seulement la sécurité alimentaire, les infrastructures résilientes, mais aussi l’accès au financement climatique au plan mondial.

La jeunesse, les emplois et l’entreprenariat seront aussi au centre de ses missions.

« L’Afrique n’a pas causé ce problème climatique mais en subit les conséquences. Il existe une grande injustice morale dans le système mondial qu’il nous faut réparer », a-t-il fait valoir.

Il n’y a pas de place à la complaisance et à la naïveté, a insisté M. Verkooijen, estimant que les universitaires doivent aider à comprendre ces enjeux de l’adaptation climatique.

« Nous sommes convaincus que les jeunes doivent être au centre de ce programme d’adaptation », a-t-il poursuivi.

Selon lui, il faut investir maintenant dans l’adaptation, car l’inaction coûte cher.

« La vraie histoire de l’adaptation climatique de l’Afrique est celle de résilience, d’espérance que nous devons transmettre à tous », a-t-il noté.

« Au niveau du Sénégal, nous ne recevons qu’une petite partie des fonds climatiques et au niveau africain, ces derniers ont du mal à être captés par les pays, car le circuit est tellement compliqué que peu de gens s’y engagent », a quant à lui, soutenu, le vice-président de l’académie nationale des sciences et techniques du Sénégal, Pr Cheikh Bacaye Gaye.

Il a cependant souligné l’importance de saisir cette opportunité afin de pouvoir se positionner, capter des financements et avancer.

PUBLICITÉ