Téléchargez l'appli SENEGO
Revue Presse : Le PM retapé, Gaston Mbengue démoli…à la Une 

Revue Presse : Le PM retapé, Gaston Mbengue démoli…à la Une 

La réforme visant à restaurer les fonctions de chef de gouvernement et la célébration de la Journée nationale de l’élevage font la une de plusieurs quotidiens, lesquels commentent l’audience accordée par Macky Sall à un dissident de la coalition Yewwi Askan Wi (YAW) et les propos discourtois tenus par le promoteur de lutte Gaston Mbengue envers les minorités ethniques.

L’info publie des extraits du projet de révision constitutionnelle en vue de la restauration du poste de Premier ministre. Le texte attribue davantage de ‘’pouvoirs exceptionnels’’ au chef de l’Etat qu’au futur chef du gouvernement, selon le journal.

Au moins 25 articles de la Constitution seront ‘’modifiés’’ ou ‘’remplacés’’, selon Vox Populi.

Dans le même journal, l’opposant Amadou Guèye, de l’Union des indépendants du Sénégal, soutient que ‘’le retour du poste de Premier ministre ne changera rien au quotidien des Sénégalais, puisqu’il sera juste au service des manœuvres politiques (…) du président Macky Sall’’.

Selon Sud Quotidien, un autre opposant, Ousmane Sonko, déclare soupçonner Macky Sall de vouloir se servir de cette réforme pour anticiper les élections législatives prévues en 2022 et reporter les élections municipales et départementales du 23 janvier de la même année.

Le président du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar (BBY) à l’Assemblée nationale, Aymérou Gningue, défend la restauration des fonctions de chef de gouvernement.

Le but de la réforme constitutionnelle annoncée est de ‘’donner au Parlement la possibilité de procéder aux évaluations des politiques publiques’’, selon M. Gningue. Pour y arriver, ‘’vous avez besoin (…) d’un Premier ministre qui coordonne l’activité du gouvernement en engageant sa responsabilité politique et comptable’’, ajoute-t-il dans Sud Quotidien.

Le Quotidien estime que ‘’le président de la République (…) a de nouvelles bonnes raisons de devoir se faire assister d’un Premier ministre’’.

Lorsqu’il va assurer la présidence tournante de l’Union africaine en 2022, par exemple, ‘’Macky Sall passera plus de temps à l’étranger qu’au Sénégal (…) Il sera alors nécessaire d’avoir un Premier ministre pour tenir le pays’’, argue Le Quotidien.

Macky Sall a annoncé, lors du dernier Conseil des ministres, une révision de la Constitution visant à restaurer le poste de Premier ministre, après l’avoir supprimé en 2019.

Le Soleil et L’As, comme d’autres journaux, évoquent la célébration de la Journée nationale de l’élevage.

‘’Les belles promesses de Dahra’’, titre le premier, qui annonce une subvention de huit milliards de francs CFA pour ce secteur en 2022, une subvention de 50 % des importations de génisses et le renforcement de la lutte contre le vol de bétail. Des promesses faites par Macky Sall aux éleveurs, samedi, à Dahra (nord).

Le chef de l’Etat ‘’dope les acteurs’’ de l’élevage, constate L’As.
‘’Accueilli par une foule immense lors de son arrivée à Dahra, Macky Sall a exprimé sa détermination à moderniser et à développer le secteur’’ de l’élevage, rapporte le même journal.

Les quotidiens relayent également le concert d’indignations consécutif à la visite rendue au président de la République par un dissident de la coalition YAW.

Djibril Ngom, un mandataire de Yewwi Askan Wi à Matam (nord), s’était évaporé dans la nature alors qu’il détenait les listes de ladite coalition, à quelques heures de la clôture du dépôt des listes des candidats aux élections départementales et municipales.

Mais la cour d’appel de Saint-Louis (nord) a autorisé cette coalition de l’opposition à déposer ses listes. M. Ngom, lui, a ensuite quitté YAW et a rejoint BBY, la coalition de la majorité présidentielle et parlementaire.

Une photo du président de la République recevant le même Djibril Ngom a circulé tout au long du weekend sur les réseaux sociaux. Et de nombreux Sénégalais se sont fortement indignés de voir Macky Sall recevoir sa visite.

‘’Un président de la République qui ignore les difficultés de son pays et se permet de corrompre (…) le mandataire qui a fui avec nos listes’’, rapporte EnQuête, citant Déthié Fall, leader d’un parti membre de YAW.

‘’Une audience qui vire au scandale d’Etat’’, titre WalfQuotidien.
‘’Le chef de l’Etat et chef de la majorité présidentielle continue (…) de [récompenser] la transhumance qu’il a publiquement défendue en 2015’’, ajoute le même journal.

Mais Djibril Ngom dément avoir reçu de l’argent de Macky Sall, comme on le prétend dans les réseaux sociaux. ‘’C’est faux !’’ soutient-il. Un démenti relayé par WalfQuotidien et d’autres journaux.

Une ‘’grosse enveloppe’’ vue sur la photo du président de la République et de l’ancien mandataire de Yewwi Askan Wi est l’objet d’une ‘’polémique’’, écrit Vox Populi.

‘’Sur les images largement partagées sur les réseaux sociaux, l’enveloppe est bien imposante mais on ne peut préjuger de son contenu’’, précise-t-il.

‘’La patrie est insultée, souillée’’, s’indigne L’info.

‘’C’est le monde à l’envers (…) La plus haute autorité de ce pays s’est laissé entraîner dans une histoire qui va laisser des marques indélébiles’’, lit-on dans Source A.

L’Observateur parle d’une ‘’image de la controverse’’ et d’une ‘’audience polémique’’.

‘’L’audience n’aura duré que quinze minutes, selon Djibril Ngom, transhumant connu pour avoir trafiqué une liste de l’opposition à Matam. Un court temps qui a [mis] à mal l’image du président de la République’’, écrit L’Observateur.

La ‘’colère’’ va jusque ‘’dans les rangs de l’APR’’, le parti de Macky Sall, selon Tribune.

‘’On n’a pas fini d’épiloguer sur l’audience de l’opprobre, voilà que Gaston Mbengue, un des soutiens du pouvoir, sort des bêtises qu’il assume’’, commente L’info.

Dans une interview donnée à Walf TV (privée), M. Mbengue a tenu des propos discourtois envers les minorités ethniques sénégalaises. Envers la famille de l’opposant Barthélémy Dias, surtout.

‘’L’homme est tombé si bas…’’ commente Le Quotidien, qui l’affuble du sobriquet de ‘’promoteur de la violence’’.

‘’Gaston Mbengue persiste’’, écrit Vox Populi, qui ajoute, citant le promoteur de lutte : ‘’Les commentaires sur Facebook ne m’ébranlent pas, je ne les lis même pas.’’

28
Annonces
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires