Revue de presse du 26 avril 2014: Le retour triomphal de Wade à la Une des quotidiens

Revue de presse du 26 avril 2014: Le retour triomphal de Wade à la Une des quotidiens

Les quotidiens sénégalais ont relevé samedi la qualité de l’accueil réservé vendredi soir à Dakar à l’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, soulignant le triomphe d’un dirigeant battu à la présidentielle, deux ans plus tôt.

« L’ancien président de la République (est) enfin à Dakar », annonce L’As Quotidien avant de signaler que « Wade a débarqué en chef de guerre » revigoré par « une marée humaine impressionnante » à son accueil.

« Accueilli en héros, Wade jubile, menace et prend date », note Walfadjri qui cite un propos de l' »opposant historique »: « Que Macky (Sall) décode le message » du peuple venu à sa rencontre, lui l’ex-président.

L’Observateur reprend le constat pour indiquer que le secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (PDS) a effectué deux heures de « Marche bleue », formule qu’il donnait à ses caravanes électorales. « Wade descend Macky et ses alliés », ajoute le journal.

« Retour en fanfare du Pape du Sopi: Wade-mën-show défie Macky », titre Le Populaire, faisant dans la dérisoire sur les traits de caractère du vieux politicien, capable de soulever des foules lors de ses apparitions en public.

« Ce n’est qu’un début. (…). Ça, Macky devra y répondre, sinon le réveil (lui) sera dur », poursuit le journal citant encore Me Wade, qui intervenait lors d’un rassemblement de plusieurs milliers de ses partisans au siège de son parti.

Le Quotidien signale aussi l' »accueil triomphal » réservé à Abdoulaye Wade (87 ans) et constate que « Gorgui (le vieux) a mis Macky groggy », tout en promettant à son successeur une prochaine « démonstration de force » pour « redresser le pays ».

« Si je suis venu, c’est que j’ai entendu vos gémissements », écrit Enquête qui cite l’ancien président du Sénégal qui était absent depuis deux ans, en séjour à Paris. « Wade, un retour en messie », renchérit ce quotidien dakarois.

Son éditorialiste relativise toutefois la portée de la loi du nombre –« des millions de personnes » à l’accueil de Me Wade, et soutient que si l’opération de communication lui a réussi, « sur le plan politique, cette démonstration de force risque d’avoir un effet circonscrit ». Le suivi n’est pas garanti, selon le commentateur.

« Liesse populaire pour Wade: Le +Monstre+ fait toujours rêver! », selon Direct-Info, tandis que La Tribune relève l’accueil « en grandes pompes » obtenu par le « Pape du Sopi », mais c’est pour le flétrir par cette remarque: « Wade est là, et après? ».

« Wade n’a qu’à laisser le gouvernement travailler », dit le rappeur « Fou Malade », alors que le ministre Mor Ngom, toujours dans La Tribune, assure que « la traque (des avoirs illicites) sera poursuivie jusqu’à son terme et le droit sera dit ».

Libération tente le portrait croisé, sous le titre: « Retour d’un ex-président sous le manteau d’un opposant: Wade égal à lui-même ». Il commente aussi la ligne de défense de l’avocat et père de l’ex-ministre Karim Wade, en prison depuis un an pour le délit présumé d’enrichissement illicite.

1 COMMENTAIRE
  • lemzo

    Quelque soit la situation du pays avec le gouvernement du président Macky sall, quelque soit les gémissement du peuple sénégalais, le président est élu au suffrage universel pour une durée de 5ans, alors Mr wade doit laisser notre pays tranquil,bien qu’il a le droit d’y revenir, de critiquer les politiques, de faire ceux qu’il veut mais les sénégalais doivent être mature et ne pas se laisser manipuler au lieu de jubiler,Macky sall est notre président, c’est nous qui avons élu, alors faisons lui confiance, et laissons le diriger comme bon le semble et si cela ne nous convient pas, il y’aura des élections et nous avons nos cartes électeurs.
    En ce qui concerne Karim wade, laissons la justice faire le nécessaire, si il est coupable de ces accusations, il doit en payer le prix. wade a également le droit de défendre son fils comme tous les pères,mais il doit également respecter la constitution.

Publiez un commentaire