PUBLICITÉ

Révélation – Wade Robson et James Safechuck: « Michael Jackson était un prédateur, un manipulateur et un pédophile »

accusation sur michael jackson, Leaving Neverland, Michael Jackson, michael jackson accusé, pédophile, Usa
Révélation – Wade Robson et James Safechuck: « Michael Jackson était un prédateur, un manipulateur et un pédophile »

Michael Jackson accusé d’abus sexuel, d’être un manipulateur mais aussi un prédateur! Dans un documentaire (Leaving Neverland) produit par HBO et diffusé dimanche et lundi dernier, Wade Robson et James Safechuck ont fait de graves révélations contre le Roi de la Pop. À les écouter, Michael Jackson n’était pas seulement un immense artiste, mais également un prédateur de la pire espèce. Un pédophile qui jetait son dévolu sur de tout-petits garçons.
«Michael a aidé ma créativité à se développer, mais il a aussi abusé de moi sexuellement. J’avais sept ans», a révélé le chorégraphe d’origine australienne, Wade Robson.

Pour plus d’efficacité, informe lefigaro.fr, le cinéaste britannique, Dan Reed, a opté pour un rendu brut. Entre les témoignages des deux accusateurs, de leurs mères et de leurs frères et sœurs, le réalisateur a inséré une quantité impressionnante d’archives. Cette partie-là va beaucoup plaire aux fans. Outre les films de Sotheby’s real estate qui dévoilent avec précision, la mythique propriété de Neverland, on y découvre une foule d’images, de sons et de vidéos de Michael Jackson au naturel dans sa vie de tous les jours. Ces archives-là proviennent des collections privées des familles des deux accusateurs. À ces vidéos, Dan Reed a ajouté une foule d’extraits de concerts et de coulisses des tournées à Wembley en 1988, comme en 1989 à Los Angeles où on le voit accompagné du petit australien Wade Robson. Celles-là sont le plus souvent tirées de YouTube. Pour que le spectateur s’y retrouve, un avion décolle à chaque fois qu’on change de continent. Chaque lieu où il s’est passé quelque chose d’important est filmé vu du ciel. Les années phares écrites en lettres blanches sur fond noir découpent le film en chapitres.

Le récit précis et détaillé des sévices

Tous décrivent un même Michael Jackson: très seul, gloussant volontiers comme un enfant. Un «humain comme eux» qui sait mettre les gens tout de suite à l’aise et leur donne l’impression d’être tout de suite devenu leur meilleur ami. Le réalisateur entremêle l’histoire de Wade avec celle de James. Petits, les deux garçons ne se sont jamais croisés. Mais le schéma est le même. D’emblée, Michael Jackson s’invite dans leurs familles. Quand il est loin, il passe des heures au téléphone avec les garçons comme avec leurs mères. Très vite, il les invite chez lui à Neverland et dans son appartement à Los Angeles surnommé «la cachette», où les murs sont tapissés de posters de Shirley Temple. Les cadeaux pleuvent. Il demande à dormir avec eux dans sa chambre. Les premières fois, les mères refusent puis elles cèdent devant l’insistance de leurs fils et de Michael Jackson.

Si elle se révèle vraie, la suite est terrifiante. Aucun détail n’est épargné aux téléspectateurs. Initié au Crillon à la masturbation, lorsqu’il avait sept ans, James explique qu’il n’arrivait plus ensuite à uriner et que le chanteur lui préparait des bols d’eau tiède où tremper son pénis. Il raconte avec précision quels sévices il aurait subis, les positions, les attentes du chanteur, les photos et les films pornographiques qu’il lui a montrés. «Vous imaginez un pénis d’adulte en érection dans la bouche d’un petit garçon de sept ans», lance-t-il, la voix tremblante.

La mère de James, elle a commencé à s’inquiéter quand, lors des tournées, sa chambre était de plus en plus éloignée de celle du chanteur. «L’entourage de Michael Jackson me disait qu’aucune autre belle chambre n’était disponible, mais on m’a dit ça à Paris puis en Allemagne…» Les garçons expliquent comment le chanteur leur apprenait à se rhabiller très vite et sans bruit si quelqu’un arrivait. À Neverland, des clochettes disposées dans les couloirs qui menaient à la chambre du chanteur annonçaient l’arrivée d’un tiers. Ils expliquent aussi comment le chanteur leur avait appris à se taire. «Si les autres l’apprennent, nos vies seront fichues. On ira en prison. Les autres sont stupides et ne comprennent rien : nos rapports, c’est la preuve de notre amour», leur aurait expliqué Michael Jackson.«Je me suis aperçue qu’il trouvait un nouveau petit garçon tous les douze mois»


«Je me suis aperçue qu’il trouvait un nouveau petit garçon tous les douze mois»

La scène où James montre en tremblant les bagues offertes par Michael Jackson en guise de simulacre de cérémonie de mariage est particulièrement difficile. Selon les deux accusateurs et selon leurs mères, le chanteur a tenté à chaque fois, de séparer les enfants de leurs familles. Puis au début des années 1990, il s’est lassé. «Je me suis aperçue qu’il trouvait un nouveau petit garçon tous les douze mois», dit l’une des mères. Les garçons qui chacun croyaient passer le reste de sa vie aux côtés de leur idole et amant, sont inconsolables.

Annonces

(3) commentaires

Donnez votre opinion sur le sujet !
Birame Ndoye

C’EST FACILE D’ACCUSER QUELQU’UN QUI NE PEUT PLUS SE DÉFENDRE, PARCE QUE N’ÉTANT PLUS DE CE MONDE.
SI C’EST POUR DE L’ARGENT, C’EST IGNOBLE.
SU C’EST LA VÉRITÉ, DIEU EST LE SEUL JUGE.

honnête

Tout les escroc menteur accuse les morts c facile

Khadija

Sa sent le fric tout ca pourquoi avoir attendu qu’il soit mort pour parler , il mente j’en suis sur , Michael Jackson est innocent stop laisser le tranquille il est mort .

Publier un commentaire