PUBLICITÉ

Reprise des cours : Abdou Faty du SELS/Authentique pose ses conditions

Abdou Faty, Sg national du SELS/Authentique et membre du G7 s’est entretenu avec senego. Il s’est prononcé sur leur rencontre avec le ministère de l’Education national ce mardi 12 mai, par vidéoconférence. Ce, pour leur réaffirmer la volonté du chef de l’Etat de s’inscrire dans une dynamique de réouverture des classe, surtout d’examen le 02 juin.

Conditions…

Ils nous ont présenté le protocole sanitaire qu’ils ont arrêté avec le ministère de la Santé. Et nous avons pris acte, mais également nous avons amélioré le protocole sanitaire pour qu’on prenne en charge tous nos camarades et les élève avec des maladies chroniques. Nous avons également attiré l’attention du ministère de l’Education que nos camarades, à la base, doivent participer dans les comités locaux, de manière active pour prendre en charge les spécificités locales“, a fait savoir Sadio Faty à senego.

Les dispositifs à mettre en place…

Il poursuit : “Mais nous avons également attiré l’attention sur le dispositif à mettre en place pour acheminer les enseignants dans les localités où ils enseignent en tenant compte du fait que beaucoup de camarades sont dans des zones infectées et doivent aller dans des zones qui ne le sont pas. Donc des dispositions pratiques doivent être prises. Et il faut le dire, c’est de la responsabilité de l’Etat du Sénégal de veiller sur la santé de tous les fonctionnaires et, particulièrement des enseignants. Par conséquent, nous avons demandé à nos camarades de travailler avec les préfets, les sous-préfets et gouverneurs pour constater avec eux si toutes les dispositions édictées sont prises. Si tel n’est pas le cas, de ne pas s’aventurer à aller dans les classes“.

Surveiller la tendance…

Non sans préciser que “l’école n’est qu’une victime collatérale de cette pandémie. Par conséquent, nous devons tous surveiller la tendance. Si la pandémie s’accélère, si la pandémie se généralise, si la pandémie n’est pas contenue dans des proportions raisonnable, il est impensable de jeter 500.000 élèves, 100.000 enseignants dans la nature“.

C’est la pandémie qui dicte sa loi…

D’après le Sg du Sels/Authentique, “c’est inadmissible. Et nous ne l’accepterons pas. Donc, tout dépendra de l’évolution de la pandémie. Il est bien de prendre des dispositions, de se mettre en perspective…, mais en tenant compte de l’évolution de la pandémie. C’est la pandémie qui dicte sa loi si les tendances sont là, les cas communautaires se multiplient, les cas contacts idem, nous ne pensons pas qu’il soit raisonnable de s’inscrir dans une dynamique d’ouverture…

whatsapp 218
Annonces