Report de la présidentielle sénégalaise : Patrol-Africa réclame le respect de l’État de droit

La décision du Président Macky SALL de reporter les élections présidentielles suscite de vives réactions. Adama DIENG, ex-secrétaire général adjoint de l’ONU et leader de Patrol-Africa, interpelle sur l’atteinte à l’équilibre politique sénégalais découlant de cette interruption électorale. Par le biais d’un communiqué, il presse pour l’organisation imminente d’une élection présidentielle respectant les critères de liberté et de transparence, rappelant l’impératif du maintien de l’État de droit.

En détail, le report prolonge le mandat présidentiel au-delà de sa date de fin prévue, le 2 avril 2024, une démarche contraire aux fondements constitutionnels du Sénégal. Patrol-Africa exprime une exigence claire : la réinstauration de la légalité constitutionnelle pour préserver et illustrer la force démocratique de la nation au sein de l’Afrique. L’importance de résoudre les conflits via le dialogue et l’adhésion aux principes démocratiques est soulignée en référence aux traités de la CEDEAO et de la Charte africaine.

Une inquiétude profonde est émise par Patrol-Africa face aux réactions répressives des forces de défense aux manifestations. Un appel à la modération est lancé à l’ensemble des acteurs sénégalais afin d’éviter une montée des tensions, tandis que les forces de l’ordre sont invitées à respecter le droit à manifester pacifiquement et à exercer la retenue. Dans ce contexte, l’organisation incite chacun à œuvrer en faveur de la paix et du dialogue constructif.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire