PUBLICITÉ

Réponse de Babacar Fall à Barth, Mame Goor invite les hommes de média à se solidariser derrière GFM (Vidéo)

Invité de Pape Ngagne Ndiaye à l’émission Farram Facce, Barthélémy Dias révèle ne plus reconnaitre le groupe de presse de Youssou Ndour.

PUBLICITÉ

Ce vendredi, en bouclant l’émission RFM matin, Babacar Fall a sévèrement taclé le député maire. Le tonitruant Mame Goor encourage Babacar Fall pour sa solidarité et invite les autres journalistes dans cette lancée.

Regardez !

#BabacarFall #Barth #MameGoor

PUBLICITÉ

11 commentaire

  1. Ndiol

    Mame ngor ne te fatigue pas il n’y a plus Tapette dans le journalisme ils courbent tous la queue devant les populistes. Au moins Babacar Fall lui c’est un homme.

  2. Yarou

    Bien dit courageux Man

  3. Sénégal

    Je suis souvent pas d’accord avec Mame ngor mais aujourd’hui il a raison tous debout contre ses soit disant oppsant
    gni faut gnou comprendre que Sénégal gneupa rew.masla bi mofi fi diekhe

  4. ndiaye

    tous pour défendre Barth le combattant de la liberté et de la vraie démocratie

  5. Baye Issa

    Bien dit Mame Gor, ce pays manque foncièrement de courage et d’hommes valeureux.
    J’attends la réaction de Charles Faye dans Jakaarlo de ce Vendredi 23 Septembre 2022 !! J’espère qu’il ne va pas de débiter.
    L’audience de Jakaarlo peut prendre un sacré coup si une réaction ferme n’est pas notée.

  6. poulo

    encore un autre imbecile qui cela raconte va te faire foutre babacar on sans fous gfm est un groupe de media corompu comme des madiambal diagne et autres sont tous pareil dooram ngé,e

  7. Diambar

    il y a des journalistes qui ne vont pas se solidariser parce qu’ils collaborent avec l opposition.
    Ils doivent se reconnaître.
    C est malheureux pour une presse divisée. Merci Babacar d avoir mis ce voyou à sa place.

  8. Khalissou rewmi

    Mame guor Diazaka et matar ba ministre des sports doit nous dire ou es que mamae guor Diazaka a construit deux immeubles à rufisque de r+plus 3 chacune a cité Mbaye jaque diop de rufisque a côté de l’usine BISA mame guor sont travail c’est d’être avec matar ba matin et soir il faut que ça soit claire le sénégal va mal et il faut que les sénégalais se réveillent !
    Wa salam

  9. khewel diouf

    bien parlé mame goor ce vulgaire de Barthélémy impoli et sans vergogne se prend pas comme de la merde il se permet d’insulter les gens cet aigri on en a marre de ces manques de respect l’homme politique que je déteste aujourd’hui au Sénégal c’est ce mal élevé il se prend qui ?

  10. Diouf

    Barthélemy Diaz était dans l’émission de Ngagne NDIAYE. il a dit ce qu’il pensait de GFM.il l’a dit sans être agressif. Ngagne NDIAYE l’a répondu. Alors au nom de quoi Babacar Fall le lendemain se permet de répondre à Barthélemy Diaz avec un langage aussi vulgaire. GFM a une direction qui peut répondre à Barthélemy Diaz,si elle trouve que les propos de ce dernier sont inadmissibles.Ce n’est pas les propos de Barthélemy qui font polémique mais plutôt ceux de Babacar Fall. C’est un journaliste très incisif qui a l’habitude de secouer ses invités. Ce qui est une bonne chose. Quant à insulter au micro non et non. Heureusement qu’il est dans un pays où l’opinion publique ne compte pas.

  11. Nkhson

    C’est à croire que certains travaillent pour le compte de Satan. Ils sont toujours prompts à mettre le poudre sur le feu. Au lieu d’appeler à une
    réconciliation de la presse et des politiques, ils adoptent plutôt des positions partisanes et prônent la belligérance. Leur attitude est répréhensible et suscite une condamnation ferme, de la part de l’opinion. On a tendance à oublier que le Sénégal demeure une nation dans laquelle la fraternité, l’esprit de tolérance et la solidarité prédominent historiquement. Il n’est donc pas besoin de cultiver la haine et la division néfastes pour le pays. Malheureusement des énergumènes comme ce Diazaka, sont prêts à tout pour assouvir leurs egos pervers. En vérité il nous faudrait chercher à instauré un climat social apaisé, prompt à faciliter un large consensus. Sans cela, on ne saurait espérer un quelconque progrès, à fortiori parler d’émergence.