Rejet loi criminalisant l’homosexualité: Moustapha Diakhaté dénonce la violence des propos contre les députés
PUBLICITÉ

Rejet loi criminalisant l’homosexualité: Moustapha Diakhaté dénonce la violence des propos contre les députés

« La République du Sénégal et les autorités judiciaires ne peuvent pas se taire, face toute diktacratie, après avoir proclamé solennellement son attachement aux droits fondamentaux tels qu’ils sont définis dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 et dans la Déclaration Universelle du 10 décembre 1948« , estime l’ancien ministre-conseiller, Moustapha Diakhaté. Selon lui, au Sénégal, en vertu de la constitution, l’interdiction du mandat impératif des députés est intangible.

D’après Moustapha Diakhaté, les menaces, les insultes et les inacceptables accusations de pro homosexualité proférées contre des députés, membres du bureau de l’Assemblée nationale, constituent des outrages à la République. Sur ce, Moustapha Diakhaté dénonce, « avec la dernière énergie« , la violence des propos contre les députés qui ont prononcé l’irrecevabilité de la proposition de Loi portant criminalisation de l’homosexualité.

« On peut ne pas être d’accord avec eux mais personne n’a le droit d’assimiler leurs positions à la promotion de l’homosexualité. A ce jour, aucun député Sénégalais, y compris les membres du bureau de l’Assemblée nationale, n’a demandé l’abrogation de l’article 319 du code pénal qui punit, depuis 1966, les actes contre nature. Les vrais Républicains, les vrais démocrates doivent se lever et dire stop à l’instauration de l’inquisition religieuse. Hélas, beaucoup de Républicains, démocrates – il faut le regretter, manquent de courage face aux prêches basses des islamofascistes où on dit à un député ce qu’il faut faire ou pas faire« , déclare-t-il.

Pour l’ancien ministre-conseiller, l’absence de caractère impératif du mandat des parlementaires est une garantie constitutionnelle de l’indépendance des députés, non seulement vis-à-vis des électeurs, mais aussi vis-à-vis de leurs religions, ethnies, groupes parlementaires, partis politiques d’adhésion ou de leurs communautés sociales. A l’en croire, il s’agit de leur permettre de rester libres.

« Il faut refuser que le microcosme anti homosexuel au Sénégal soit squatté par des intolérants qui pensent que leurs combats sont des normes constitutionnelles. Certes en vertu de la constitution du Sénégal, « les institutions et les communautés religieuses sont dégagées de la tutelle de l’Etat. » Toutefois, cette disposition ne signifie, absolument pas, que l’Etat doit laisser l’inquisition religieuse s’installer dans notre pays« , ajoute-t-il.

14
PUBLICITÉ

11 commentaire

  1. mbacké

    masturbation verbal ,les pd ne vont prospérés dans ce pays .

  2. Abdou

    Vous avez tort . Il faut assumer. Il s’agit du Sénégal et non des occidentaux qui prennent des décisions par rapport à leurs croyances et à leurs modes de vie. La poligamy ne sera jamais accepté en Occident. Nos modèles de vie ne seront pas acceptés aussi.Et pourquoi devrons nous accepter leurs modèles. Les députés ont trahi le peuple. Accepter de voter et le résultat sera accepté. Ainsi va la démocratie. Qu’ils soient sanctionnés par les électeurs et ne plus être reçu dans toutes les cérémonies

    1. rené Diagne

      mr abdou vous avez raison. mais ces occidentaux ont malheureusement des armes et pratiques que nous n avons pas et cela depuis l esclavage la colonisation et l avènement du nouvel ordre mondial dégueulasse et pas profitable à nos États. qu ils nous imposent dans les faits et que nos dirigeants du fait de la division entretenue depuis de nos états, ont du mal à contenir car souventes fois on les assimile à tord à des valets de l occident..de grâce luttons et voyons comment le faire c est important car  » borome yatte d’où khèque ak borome fètal  » sauf si on réfléchit et qu on le prenne par derrière moi j ajouterai…

  3. Serigne lo

    pas répondre un fou comme Moustapha diakhate ils ets malade mental

  4. Lamine Diop

    Il a tort et il a raison à la fois.
    Tort de n’avoir pas condamné le rejet de ce projet de loi sans débat et sans le respect des procédures.
    Une occasion ratée pour avoir un débat réel sur l’indépendance du Sénégal et de l’influence des pays occidentaux sur notre particularités sociales.

    Il a raison car une minorité est entrain de miner des fondements de la société Sénégalaise.
    Ce lobby de voyous qui ferme les yeux sur tout ce qui est bannit par l’islam nous tympanise.
    Le meilleur moyen de leurs rabattre le claqué aurait été un non ferme après débat de l’assemblée.
    Un non qui résonnerait comme un référendum sur la question.

    1. rené Diagne

      non mr lamine ce débat allait faire valoir la malhonnêteté intellectuelle et la manipulation contre la raison et la réalité mondiale. et où passion risquerait d embourber le pays..comme vous le dites si bien ces agitateurs ont il me semble un agenda qu il voulait dérouler à des fins électoralistes car nombre de faits aussi dégueulasses se passent ou bien sont même entretenus par eux même..Que Dieu nous assiste et fasse que l homosexualité et autres travers ne soient à jamais valider dans ce pays..

      1. Lamine Diop

        Raison de plus pour un débat sans complaisance qui aurait le mérite d’exposer les véritables instigateurs tapis dans l’ombre.

        Les maîtres coraniques semblent beaucoup gagner dans cette affaire car on ne parle plus des talibés.

  5. Yekini

    De toute façon, si les religieux sont à ce point mobilisés, c’est qu’ils savent bien que le ver est dans le fruit et ce n’est pas un durcissement des lois et des peines qui vont changer les choses. Ce qui se passe dans l’intimité des gens ne regarde personne d’autre que’les intéressés. Par contre, on ne s’exhibe pas, on ne fait pas l’apologie parce que malgré tout, c’est quand-même contre nature ce genre de relation. Si on veut être respecté, il faut aussi respecter les autres.

  6. Niang

    Le batard

  7. rené Diagne

    certains confondent vitesse et précipitation. et font erreur de bonne fois d autres manipulent et ont un agenda caché….personne ne peut valider l homosexualité dans ce pays c est indéniable mais il y a des facteurs exogènes qui entrent en jeu si dégueulasses qu ils sont il faut en tenir compte. malheureusement ces lobbies ont des pratiques et puissances dévastatrices qu il faut intégrer et lutter avec lucidité sans passion inutile.

  8. THIEY

    Paabii mo gueuneu rew si Senegal. De qui se prend il? Il est contre la religion, il est contre les confréries, il est contre les honnêtes gens, mais qu’est ce qu’il veut en faut. Non seulement il est nul, il vaut rien rien. Il ne respecte personne dans ce pays. C’est quoi le terme « Islamofasciste »? Même les occidentaux qu’il est entrain de singer ne sont pas encore arrives à ce niveaux d’accusation, avec ce qu’ils disent de l’islam, il n’ont pas encore utilise ce vilain terme. Il est tellement méchant et mécréant ce monsieur. Je n’ai même pas de parole! Mais bon qui insulte notre cher Prophète, n’épargne guère nos religieux. Quelle pauvre type!!! Pauvres fils de guignols, leur père fait vraiment honte à toute l’humanité. Je m’excuse mais vraiment il me met en colère ce monsieur.