Réconciliation économique: l’Espagne et l’Algérie renouent, impact sur le Maroc

La politique étrangère européenne en Afrique du Nord connaît un mouvement stratégique significatif avec l’Espagne et l’Algérie entamant une phase de réconciliation. José Manuel Albares, le ministre espagnol des Affaires étrangères, est attendu à Alger dans un contexte où les relations diplomatiques entre les deux nations cherchent un nouveau souffle après une période de tensions et la suspension de leur traité d’amitié. Ce rapprochement promet également des ajustements économiques, notamment dans les flux commerciaux algériens désormais réorientés en faveur des ports espagnols, conséquence d’un boycott des ports marocains par l’Algérie.

Le Maroc, désormais confronté à une diminution de ses revenus issus de l’activité portuaire, pourrait toutefois s’appuyer sur la France pour atténuer l’impact de cette situation. L’intérêt affirmé par le Président français, Emmanuel Macron, pour renforcer les liens avec le royaume chérifien se concrétise notamment par des déclarations de Stéphane Séjourné évoquant un futur chapitre dans la relation franco-marocaine. Cette démarche pourrait revitaliser le port de Tanger, parti en souffrance suite au boycott algérien.

Au-delà des manœuvres diplomatiques, l’Algérie envisage des solutions pour réduire ses coûts de transport, ce qui pourrait se manifester par un partenariat accru avec l’Espagne. La visite imminente de José Manuel Albares à Alger s’inscrit dans cette perspective, marquant un tournant fort qui pourrait bien poser les jalons d’une coopération hispano-algérienne raffermie, tout en questionnant l’équilibre des pouvoirs économiques en Méditerranée occidentale.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire