Rébellion et «Force spéciale» : « L’Etat n’a pas le droit, pour des raisons de pure politique politicienne, mouiller l’opposition » (Abdourahmane Diouf)
PUBLICITÉ

Rébellion et «Force spéciale» : « L’Etat n’a pas le droit, pour des raisons de pure politique politicienne, mouiller l’opposition » (Abdourahmane Diouf)

« En fait, ce dont je ne suis pas d’accord, c’est qu’on dise que ces gens qui préparaient des actes terroristes sont de Yewwi askanwi ». Dixit  Abdourahmane Diouf, coordonnateur de la coalition Aar Sénégal, entretien dans BES BI.

« Que des gens aient l’intention de saboter les centrales, cela est fort possible. Le travail de la police et de l’armée, c’est qu’il n’y ait pas de rébellion au Sénégal. Depuis 1980, il œuvre pour cela, avec plus ou moins de succès.

« D’un autre côté, la «force spéciale» dont vous parlez. je suis convaincu qu’il y a des gens qui ne veulent pas la paix au Sénégal, car c’est un pays qui a du pétrole et du gaz et il y a certains intérêts  des pays étrangers qui sont menacés, ces derniers peuvent infiltrer la marche de l’opposition pour nous causer du tort.

« Depuis quelques temps, on avait plus entendu parler de rébellion et cela veut dire que les forces de sécurité et de défense au Sénégal faisaient bien leur travail. A un certain moment, la rébellion était très active, mais n’empêche les gens manifestaient.

« Là où je ne suis pas d’accord, c’est qu’on dise que la rébellion casamançaise est avec Yewwi askan wi pour brûler le pays. Parce que les gens qui sont à Yaw et que je fréquente, sont assez responsables. L’enquête dira ce qu’il en est, mais le diagnostic ou l’hypothèse de départ dont je ne suis pas d’accord encore une fois, c’est qu’on dise que ces gens-là sont de Yewwi Askan Wi.

« L’Etat du Sénégal, n’a pas le droit, pour des raisons de pure politique politicienne, mouiller l’opposition dans la rébellion casamançaise.
« La rébellion est une chose assez grave et on n’a jamais utilisé la rébellion  casamançaise pour en faire de la politique. Sur ce plan, on est totalement en phase avec l’Etat du Sénégal. Mais en retour, que l’Etat n’utilise pas cela contre l’opposition. »

PUBLICITÉ

5 commentaire

  1. Papis Laye

    Merci Mr Diouf pour votre honnêteté intellectuelle. Ce qui n’est pas le cas de certains de vos acolytes ( THierno Alassane Sall…)
    Merci Président OUsmane pour ta retenue et ta clairvoyance!
    Après le discours mémorable du 19 Juin2022 sur le futur pour l’Afrique.
    Une nouvelle conscience africaine est entrée de voir le jour.

    Vivement l’arrivée de l’Administration Sonko pour rétablir l’ordre et rebatir ce pays sous de nouvelles bases séreines.///

    La médiocrité d’une caste de dirigeants-profiteurs a son paroxysme…C’est scandaleux ce qui se passe au Sénégal/Afrique…
    OUsmane “le Messi” va siffler la fin de la récréation.✌️

  2. SANGOMAR

    ABDOURAHMANE DIOUF SORT DE CETTE AFFAIRE QUI REGARDE LES FORCES DE DEFENSE C EST TOI QUI FAIT LA CAMPAGNE DEGUISEE POUR AVOIR LES VOTANTS DE YEWWI .
    CE QUE TU FAIS C EST DE LA FUMISTERIE . RESPECTONS NOS MAGISTRATS , NOS GENDARMES ET POLICIERS .

    1. Lima

      On ne peut pas les respecter. Doudou Diémé, un jeune soutien de famille a été tué et l’auteur vaque à ses occupations, car il est de la mouvance présidentielle, kilifeu laa. Le respect se mérite. Doudou dort en paix. Nous allons lutter pour la justice. Du courage à sa brave et digne famille, Que le paradis soit votre dernière demeure. Sangomar, la liste est longue…

  3. goudiaby

    yéwi est un ensemble de bandits regroupé

  4. Fode Bah

    Coup de théâtre, Président Sonko a écouté tout le monde, les principaux intéressés: les capitaines de l’industrie, les khalifes généraux et les voix autorisees de la nation sénégalaise.
    Macky Sall était prêt à tuer de nouveau…
    Et les citoyens avertis ont demandé au Presidebt Sonko de préserver la cohésion sociale pour éviter après Fevrier 2024 de devoir recommencer tout à zéro.
    En effet, certains acteurs économiques ont demandé a PROS de surseoir sa marche due aux préparatifs de la Tabaski.