Ralentissement continue de la croissance en Afrique Subsaharienne, la BM freine les ardeurs de la Cedeao

Les prévisions de la Banque mondiale pour l’Afrique subsaharienne font état d’un ralentissement continu de la croissance, qui devrait s’établir à 2,5 % en 2016, contre une estimation de 3 % en 2015.
« L’hypothèse retenue est une faiblesse persistante des prix des produits de base, une baisse de l’activité mondiale et un durcissement des conditions de financement », selon le communiqué de presse sur le dernier rapport sur les Perspectives pour l’économie mondiale de la Banque mondiale.
Ce rapport vient freiner les ardeurs de la Cedeao, qui lors de son dernier sommet tenu à Dakar, les Chefs d’Etat faisaient état d’une croissance en augmentation continue. « Notre espace se porte mieux » avait par la même occasion déclaré le Chef d’Etat ivoirien, Alassane Ouatara.

« Alors que les pays exportateurs de pétrole ne devraient pas voir leur consommation augmenter de façon substantielle, chez les importateurs de pétrole, le recul de l’inflation devrait stimuler la consommation des ménages », ajoute la même source.
Elle souligne que cet avantage « pourrait néanmoins être atténué par le renchérissement des produits alimentaires du fait de la sécheresse, le niveau élevé du chômage et la dépréciation des monnaies ».
« L’investissement devrait ralentir dans bon nombre de pays à mesure que les pouvoirs publics et les investisseurs réduisent ou repoussent leurs dépenses d’équipement dans un climat d’assainissement des finances publiques », mentionne encore le communiqué.
COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire