Procès de Karim : Le procureur Aliou Ndao fait dans le déballages contre Me Seydou Diagne et Me Pape Leyti Ndiaye de la défense

Après toute une matinée de salves des avocats de la défense, le parquet spécial prend la manche à la reprise en début d’après midi. Le procureur spécial près de la Cour de Répression de l’enrichissement Illicite (CREI), Alioune Ndao n’a pas mis de gants. Il s’est laissé aller dans des déballages contre Mes Seydou Diagne et Pape Leyti Ndiaye.

 

La reprise de l’audience a été assez électrique avec la prise de parole du procureur spécial. Il n’a pas fait dans la dentelle après avoir considéré que les propos que Me Seydou Diagne a tenu à l’encontre du parquet étaient insultants et dégradants. “J’aurai préféré qu’il soit dans la salle pour parler en sa présence”, a déclaré Alioune Ndao. L’audience a repris à 14h 30mn pilepoil et tous avocats n’étaient pas encore revenus de la pause.

Effectivement ces propos sont d’une telle gravité qu’ils ont soulevé l’ire du public. «S’il y a quelqu’un que la Cour suprême a aidé, c’est bien Me Seydou Diagne. Avant le déclenchement de cette affaire il était couvert de dettes. Il a fait l’objet de plusieurs plaintes pour «abus de confiance et escroquerie». En tant qu’avocat général de la Cour d’appel, je l’ai couvert», a révélé le procureur spécial. Il a tenu à préciser : «Il allait être traduit en justice, s’il n’y avait pas cette affaire». Et de regretter : «il n’a pas à nous mettre dans une situation morale difficile. Il a tenu des propos insultants à notre égard».

Pour le cas de Pape Leyti Ndiaye, embraie le procureur spécial, «je suis vraiment étonné de l’entendre dire que ce que mon substitut a dit c’est faux. Il m’a appelé personnellement pour me demander d’autoriser à ses clients (Evelyne Deloutre et Pierre Agboba) de quitter le territoire. Mais j’ai refusé parce que ces clients sont de nationalité étrangère et qu’ils pourraient ne pas revenir. Il avait même prétexté que la française avait perdu son frère». A ce sujet, il a pris à témoin Me Simon Ndiaye et le président de la commission d’instruction, Cheikh Bèye. Alioune Ndao de rappeler que Me Pape Leyti Ndiaye avait souligné dans le bureau du magistrat Cheikh Bèye s’agissant de ses propos «c’est une parole d’avocat».

6 COMMENTAIRES
  • joe beaden

    voila des gens qui ne respecte pas c’est le comble. un voleur qui a pour avocats des escrocs. vraiment c’est grave le me demande ou va se pays si on compte sur ces d’avocats sans valeur.

  • dio

    voila des gens qui ne respecte pas c’est le comble. un voleur qui a pour avocats des escrocs. vraiment c’est grave le me demande ou va se pays si on compte sur ces d’avocats sans valeur.

    • alu

      Et un procureur qui admet d’avoir couvert 1 voleur ,dis moi la difference.Nous devons nous indigner pour tous les deux.

  • al

    Et un procureur qui admet d’avoir couvert un voleur.Dis moi la differences

  • iboundiaye846

    Non, Mr le Procureur, vous n’avez pas le droit d’évoquer vos combines dans un procès qui n’est pas concerné. Vous êtes à court d’arguments devant les assauts répétés de l’autre partie. Et la répartie dans tout ca.

  • geum geum

    nonnnnnn yow vré domou kharame nga

Publiez un commentaire