PUBLICITÉ

(05 photos) – Point E : Deux (2) tombes au rond point Mame Abdou Aziz….?

Quatre individus non sénégalais ont été surpris au Rond point Mame Abdou Aziz Dabakh Malick, sis à la commune Fann-Amitié-Point E, par le maire him self en train, dit-on,  de creuser deux (2) tombes. La pelouse a été enlevée et les creusets effectués. Selon la chargée de communication de la mairie, les quatre individus affirment avoir été commandités, par un colonel, pour exécuter la sale besogne.

Selon les informations de Senego, le maire Palla Samb est actuellement dans le bureau du commissaire du Point E et les quatre personnes incriminées au poste de police du commissariat, pour les besoins de l’enquête.

Nous y reviendrons avec la réaction du maire Palla Samb

(15) commentaires

Donnez votre opinion sur le sujet !
Love macky

Teuss ma tite

Talubée

Gni mame Abdou molenn fégnal. Thiey Yalla 😭

Deug

Arrêtez les médias mensonges

boubacar ndiaye

sûrement ay khar fafoufa you niou fa warone soul rék.
nitt yi guemetou yalla, serigne a gnabar laniou diamou, té kou diamou yoyou mbiir khamal né ya ngui bégal chéytané.

maxam

Na wakhe bane colonel la. Li niawena trope

diaz

Les africains sont tellement bêtes, comment peuvent ils croire à ces conneries de sacrifice, gris gris.
Vraiment li dafa niaw.
Pour lan.. Allalou adouna.
C’est vraiment honteux

Seni ba

C’EST COMME ÇA. CHAQUE FOIS QUE DE PAREILS FAITS SE SIGNALENT ET QUE DES PATRIOTES COMME NDOYE BANE DE LA TFM ÉLÈVENT LA VOIX POUR POINTER DU DOIGT LES TRÈS TRÈS NOMBREUX ÉTRANGERS QUI RENTRENT CHEZ NOUS EN DEHORS DE TOUT CONTROLE, IL Y’A TOUJOURS DES FUMIERS QUI CRIENT A LA STIGMATISATION. DES GRANDES GUEULES ET DES LANGUES PENDUES QUI NE SAVENT PAS QUE MEME L’EUROPE SE BARRICADE ET CONTRÔLE SÉVÈREMENT SES IMMIGRANTS. PENDANT CE TEMPS NOUS LES COMPLEXÉS 0N OUVRE GRANDEMENT NOS PORTES A TOUTES SORTES DE RACAILLES, DE MENDIANTS ET DE CRIMINELS VENUS Y ACCOMPLIR LEURS SALES BESOGNES ET RENTRER COMME ILS ÉTAIENT VENUS. CELA PERSONNE NE L’A DÉNONCÉ A L’OUVERTURE DU DIALOGUE NATIONAL. TCHIM

Publier un commentaire