Pierre Agboba: « Eli Manel Diop n’est pas une personne normale, il m’a demandé de mentir… »

Pierre Agboba: « Eli Manel Diop n’est pas une personne normale, il m’a demandé de mentir… »

Dans cet extrait des minutes de l’audition de Pierre Agboba, il ressort que les enquêteurs ont mis la pression sur des témoins pour mouiller Karim Wade. Vers la fin de l’interrogatoire, Agboba insiste et signe qu’il n’a jamais reçu d’ordre de Karim malgré l’insistance des enquêteurs et les mensonges d’un témoin » Eli Manel Diop » qu’il considère comme un être anormal, un fou « maanaam »…

Extraits…
« Lors de l’enquête préliminaire, Eli Manel Diop a fait part aux enquêteurs d’instructions qu’il aurait reçues de Karim et qu’il devait me répercuter. J’ai été interpellé sur cette question et en réponse, j’ai demandé à Eli Manel Diop si une seule fois la nature de ses relations avec Karim m’était connue et s’il m’avait fait part d’instructions venant de lui ? Mais, les gendarmes enquêteurs n’ont pas accepté qu’il réponde à mon interpellation. Pour ce qui me concerne, je confirme que je n’ai pas connu Karim et je n’ai jamais reçu d’instructions de lui. Par ailleurs, sur le deuxième volet de la question, je réitère que les déclarations d’Eli Manel Diop ne sont pas exactes. Je n’ai pas souvenance que Karim soit entré dans le salon d’Ibrahim Aboukhalil lors de l’entretien que nous avons eu en présence d’Eli Manel Diop, Pape Mamadou Pouye et moi-même. C’est pourquoi, je le considère à la limite, comme une personne qui n’est pas normale.

Car si comme on l’a prétendu, Karim Wade me connaissait, il ne serait pas passé par Eli Manel Diop pour me donner des instructions. Eli Manel Diop est venu me rendre visite deux fois à l’hôtel le Méridien, où il est d’ailleurs DAF, en prétendant la première fois qu’il voulait s’enquérir des conditions de mon installation et, lors de la seconde visite, il m’a suggéré de dire aux gendarmes ce qu’ils veulent entendre, c’est-à-dire que je connaissais Karim Wade, comme ils l’ont fait avec lui. Je lui ai opposé un refus catégorique en lui précisant que je ne pouvais, à mon âge et compte tenu de ma personnalité, mentir. Il avait même promis de revenir me voir, ce qu’il n’a jamais fait depuis lors ».

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire