Téléchargez l'appli SENEGO
PUBLICITÉ

Nouveau Code de la Presse : Un énorme trou qui promeut les LGBTI

L’Etat du Sénégal va-t-il  de plus en plus vers la légalisation de l’homosexualité ? Cette nouvelle disposition contenue dans l’article 18 du nouveau code de la presse suscite indignation. Le journaliste n’est plus libre de commenter sur l’orientation sexuelle d’un individu. Ce qui constitue une grave entorse à la liberté  d’expression de la presse.

Critique sur l’orientation sexuelle

“Le journaliste et le technicien des médias doivent respecter la dignité humaine ; éviter toute allusion, par le texte, l’image et le son, à l’appartenance ethnique ou nationale d’une personne, à sa religion, à son sexe ou à son orientation sexuelle, ainsi qu’à toute maladie ou handicap d’ordre physique ou mental, qui aurait un caractère discriminatoire et/ou stigmatisant.” Voici  les dispositions de l’article 18 du nouveau code de la Presse, qui promeut les LGBTI. En effet, l’interdiction faite aux journalistes  de se prononcer sur l’orientation sexuelle a uniquement comme objectif de promouvoir les droits homosexuels.

Ce qui constitue une nouveauté car, dans l’ancien code de la presse, cette disposition n’y figurait pas. En effet, dans l’exercice de sa liberté d’expression, l’article  33 du Code de 1996, disposait que  “le journaliste doit respecter les convictions religieuses, politiques ou philosophiques du public auquel il s’adresse, même s’il ne les partage pas. Il doit en outre respecter scrupuleusement le principe de la non-discrimination en raison de la race, de l’ethnie, du sexe ou de l’origine nationale.” Ainsi, il n’était aucunement fait allusion à l’orientation sexuelle.

Pression de l’ONU

L’introduction des notions “orientations sexuelles”, signifie que l’Etat du Sénégal est en train de se conformer petit à petit aux exigences de l’ONU. Et le comité des droits de l’homme, récemment l’avait rappelé lors d’un rapport sur le Sénégal.

“L’Etat partie devrait prendre des mesures concrètes et urgentes pour s’attaquer à la campagne actuelle d’appel à la haine contre les personnes du fait de leur orientation sexuelle et des personnes qui défendent leurs droits, y compris les organisations partenaires engagées dans la lutte contre le Vih/sida,” avait rappelé le comité des droits de l’homme.

Selon toujours leurs recommandations, l’Etat partie (le Sénégal) doit aussi “abroger l’article 319.3 du Code pénal qui criminalise les actes sexuels entre personnes adultes consentantes de même sexe, en vue de réduire la stigmatisation des personnes concernées”.

93 Whatsapp
Annonces
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus noté
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
    8:44 - 13/08/2020

    Terres de Tobéne : Plus 250 gendarmes envoyés par les Ics chez les paysans (vidéo)

    Whatsapp
    8:34 - 13/08/2020

    Coronavirus : Thiès enregistre 3 décès et 27 nouveaux cas

    Whatsapp
    8:34 - 13/08/2020

    Revue de Presse ITV (Wolof) du Jeudi 13 Août 2020 (Vidéo)

    Whatsapp
    8:32 - 13/08/2020

    Revue de Presse (Wolof) Zik Fm du Jeudi 13 Août 2020 Par Ahmed Aidara

    Whatsapp
0
Votre avis comptex
()
x
Whatsapp