Niger : Acceptation de la médiation algérienne pour résoudre la crise politique

Les autorités du Niger ont accepté une proposition de médiation algérienne pour résoudre la crise politique actuelle. Le gouvernement algérien, qui avait proposé un plan de transition de six mois, a reçu une acceptation officielle de la part des militaires qui ont pris le pouvoir au Niger. Cette information a été divulguée par le ministère algérien des Affaires étrangères le lundi 2 octobre 2023.

Le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a envoyé son chef de la diplomatie, Ahmed Attaf, au Niger pour entamer des discussions avec toutes les parties concernées par la crise. Cette initiative a été prise afin de trouver une solution à la situation politique tendue dans laquelle se trouve le Niger.

Abdelmadjid Tebboune avait partagé un plan de transition lors de l’apogée de la crise en août, alors que la CEDEAO menaçait d’une intervention militaire. Le plan proposait des discussions politiques pendant six mois, avec la participation et l’approbation de toutes les parties au Niger. Ces discussions, selon le plan algérien, devaient être sous la tutelle d’une autorité civile, dirigée par une personnalité consensuelle acceptée par tous les bords de la classe politique.

Parallèlement, le général Abdourahamane Tiani, chef de la junte, avait proposé une transition de trois ans. Cette proposition n’a pas été bien reçue par la Communauté des États ouest-africains. Le président en exercice de la CEDEAO, le Nigérian Bola Tinubu, avait proposé une transition d’une année. Cependant, depuis lors, la junte n’a pas commenté cette proposition.

Le gouvernement algérien estime que l’acceptation de leur initiative par le Niger renforce la solution politique à la crise. Selon Alger, cela « ouvre la voie à la réunion des conditions devant permettre de surmonter pacifiquement la crise dans l’intérêt du Niger et de l’ensemble de la région ».

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire