Ndéné Oualy père de Tombon :  » Les tueurs de Bassirou Faye s’appellent Cheikh Diop, Saliou Ndao, et Mohamed Bougaleb »

Le père de Tombon Oualy contre-attaque. Selon lui son fils n’est pas le tueur de l’étudiant. Pour lui, « Tombon Oualy n’était même pas sur les lieux au moment du meurtre, car il était derrière le campus pour sauver les policiers blessés et les acheminer à l’école de police ». N’déné Oualy croit dur comme fer que son fils est inoncent. « Les déclarations du Procureur Bassirou Guèye sont fausses ».

Ndéné Oualy lave à grande eau son fils sur meurtre de Bassirou Faye. Selon lui, Tombon Oualy n’est pas l’auteur du coup de feu qui a tué l’étudiant : « La balle qui a tué l’étudiant Bassirou Faye ne provenait pas de la police et Tombon n’avait pas deux pistolets. Il avait la même arme que tous les autres policiers présents dans l’enceinte de l’université », déclare t-il avant de faire cette révélation surprenante :« les tueurs de Bassirou Faye sont au nombre de trois » citant nommément Cheikh Diop, proche parent du président Macky Sall, Saliou N’dao et Sidy Mohamed Bougaleb qui porterait le même casque que Tombon Oualy. Selon le père de Tombon, c’est ce Bougaleb qui tiendrait d’ailleurs, le téléphone par lequel la conversation a été faite ».

Ayant rassemblé tout cela, N’déné Oualy révèle qu’il a porté plainte contre le Procureur, car selon lui, ce dernier accuse son fils juste parce qu’il croyait que Tombon appartenait à une petite famille…

Avec leral.net

8 COMMENTAIRES
  • diong

    justice. amoule.

  • aliou

    £¿°★a am ndeye ak Coumba amoul ndeye

    moy juje bou senegalakse

  • fabi

    wamé doyna war

  • diop 2

    père si tu croix le bon dieu laisse les choses dans main c’est dure mais qui laisser la justice accusé leur fils toi même tu accuse trois fils d’autruis croyons a la volonté divine

  • aissa ba

    diop 2 ta gueule .. wakhofi dara sey francais you bone

  • djinnnè

    ay sunu borom dina atè mo guene

  • verite

    ak loumeuneu am rek nanou manou tee leerral

  • amsy

    le tueur vue en chair et en os et reconnu qui le protège oh la la afrique

Publiez un commentaire