PUBLICITÉ

Moustapha Niasse pique une colère et menace….

Assemblée nationale, colère, Députés, Moustapha Niasse
Moustapha Niasse pique une colère et menace….

Le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, a piqué une colère. Il a même  lancé des menaces à l’endroit de ses collègues. C’était lors de  l’examen du projet de loi portant code forestier ce vendredi, renseigne Igfm.

La séance qui devait démarrer à 15 heures a été finalement ouverte à 17 heures. Le ministre de l’Environnement, Mame Thierno Dieng, venu avec son staff, a été obligé de se tourner les pouces durant 2 tours d’horloge parce que tout simplement les députés se faisaient désirer.

Par exemple, sur les 6 secrétaires élus, un seul était présent alors qu’il faut au moins la présence de deux d’entre eux pour démarrer les travaux.

Ne pouvant pas supporter cela, Moustapha Niasse a  ouvert son micro pour lancer : «Ce n’est pas normal. On peut comprendre qu’une séance convoquée à 15 heures puisse démarrer à 15h30 mais pas à 17 heures. J’écrirai à chaque secrétaire élu pour déplorer cette situation. Si cela persiste, on aboutira à des sanctions ».

Annonces
Annonces

7 commentaires

Donnez votre opinion sur le sujet !
Assane Ndour

Une assemblé a son gouvernement ,que des mediocres qui se soucient que leur interet

Beugue Sama rew

Yaw la ken falewoul nopil

Aminata Samb

On a élu des députés qui n’ont jamais connu leur rôle au sein de cette prestigieuse institution mais voilà on ne se prévaloir de sa propre turpitude

tougnoum+gueulem

Tu es complice de ce fait. Comment peux tu dire que si on convoque à 15h la séance peut commencer a 15:30. Ministre bi niak fayda ak lou mou Def yook di khar pendant 2h ciiimm. Dou gueenn rouss.

Tiana

Vous croyez avoir dirigé une assemblée comme ça Vous êtes à la tête d’une salle de théâtre bande ignorants

untel

Tout ceci est a l image du pays, de l hyppocrisie, du laxisme, du mensonge, de la mechanceté, de la malhonneté, de l indiscipline et de la mauvaise foi.

zal

Quand on ne sait pas ce qu’on doit faire on fait ce qu’on veut

Publier un commentaire