Modernisation des cités religieuses: Mbacké Baary réclame sa part

En prélude à la célébration du Magal  de Mbacké Baary Djolof prévu le 10 août prochain et qui célèbre le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme, ses organisateurs   ont fait face à la presse. Ces derniers entendent se fier au calendrier grégorien qui retient la date du 10 août 1895, jour où Serigne Touba a quitté cette  bourgade   située dans le royaume du  Djolof pour aller répondre à la convocation du Gouverneur  de Saint-Louis. Ils considèrent qu’il (ce jour-là) marqua le début des épreuves du Cheikh. Ce Magal a été institué,  pour la première fois, en 2000 par Serigne Cheikh Thioro Mbacké Ibn Serigne Cheikh Absa Mbacké Ibn Mamor Anta Saly Mbacké (père de Serigne Touba).
Aujourd’hui, c’est le Khalife de l’initiateur de cette manifestation, en l’occurrence, Serigne Cheikh Diorel Mbacké Ibn Serigne Cheikh Thioro Mbacké  qui perpétue le legs. L’édition de cette année a pour parrain Cheikh Massamba Mbacké, fils cadet de Mamor Anta Saly Mbacké.
Situé dans l’ancien royaume du Djolof et à 9 Km de Dahara Djolof (Commune de Thiamène Pass, dép. Linguère, région Louga), le village de Mbacké Baary Djolof demeure un véritable sanctuaire qui a été à l’aube du mouridisme. Aujourd’hui dotée de ligne électrique, d’adduction d’eau et bien d’autres infrastructures de dernier cri, il est en phase de modernisation. Ses populations interpellent l’Etat pour une meilleure prise en compte  dans le programme de modernisation des Cités religieuses du Sénégal enclenché par le régime du président de la République, Macky Sall.
1 COMMENTAIRE
  • Kambou diattara

    On parle des grands foyers originels: touba, diamalaye, tivaouane, ndiassane etc. Si on s occupé de ce patelin, autant y ajouter Mpal de rawane Ngom, fass , darou mousty, Diourbel etc..
    Avec tout l argent qui coule à touba, y a t il pas moyen d aider mbacké?

Publiez un commentaire