PUBLICITÉ
Mali : « Les compagnies aériennes de la Cedeao souffrent, Air France ramasse tout le trafic », (Abdoul Mbaye)
PUBLICITÉ

Mali : « Les compagnies aériennes de la Cedeao souffrent, Air France ramasse tout le trafic », (Abdoul Mbaye)

Dans un tweet, samedi, Abdoul Mbaye a indiqué que les compagnies aériennes de l’espace Cedeao souffrent des sanctions contre le Mali soutenues par la France. Mais selon le leader de l’Alliance pour la Citoyenneté et le travail (Act), Air France qui demande à poursuivre l’exploitation de ses lignes vers Bamako via Nouakchott ramasse tout le trafic.

PUBLICITÉ

« Sacrés Chefs d’états Cedeao! Leurs compagnies aériennes souffrent des sanctions contre le Mali soutenues par la France. Mais Air France demande à poursuivre l’exploitation de ses lignes vers Bamako via Nouakchott et ramasse tout le trafic« , a notamment tweeté l’ancien Premier ministre.

Sanctions contre le Mali

Les chefs d’Etats de la Cedeao ont adopté des sanctions lourdes contre le Mali. La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avait justifié ces sanctions par le non-respect des autorités de la transition de la de l’accord conclu avec l’Autorité de la CEDEAO le 15 septembre 2021 qui prévoit notamment la tenue de la Présidentielle au plus tard en février 2022.

A lire : Birahim Seck : ”Affaiblir le Mali, c’est favoriser le terrorisme”

Mise en demeure des compagnies aériennes

La ministre malienne des Transports et des Infrastructures, Dembelé Madina Sissoko, a invité, vendredi, les compagnies aériennes desservant le Mali à confirmer à l’Agence Nationale de l’Aviation Civile la continuité de leurs services dans les 72 heures à compter de ce samedi 15 janvier.

Passé ce délai « leurs créneaux horaires seront attribués à d’autres compagnies aériennes, en vue d’assurer la continuité des services », a souligné la ministre dans un communiqué précisant que cette mesure s’inspire de la politique nationale en matière de Transport, adoptée en 2016 par le Gouvernement de la République du Mali.

Cette décision fait suite, à l’annonce de la CEDEAO, dimanche au terme d’un sommet extraordinaire, de la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre ses pays membres et le Mali et la suspension de toutes les transactions commerciales, à l’exception celles des produits de première nécessité notamment à usage médical.

#AbdoulMbaye #Mali

25
PUBLICITÉ