PUBLICITÉ

Au Mali, la France bombarde des membres d’Ansar Dine dans le nord du pays

Au Mali, l’armée française a mené, ce mercredi, une grosse opération antiterroriste. Une vingtaine de combattants ont été tués ou capturés, selon l’état-major. Une opération menée aux confins du pays à quelques encablures de la frontière algérienne avec visiblement une cible importante, Iyad Ag Ghali lui-même.


C’est l’un des principaux chefs terroristes du Sahel qui aurait été dans le collimateur de Barkhane. Iyad Ag Ghali est le chef d’Ansar Dine, allié d’al-Qaïda. Il ne figure pas au nombre des victimes, mais l’un de ses proches a été tué, selon l’armée malienne. Il s’agit de Malick Ag Wanasnat, un ancien colonel malien, présenté comme un déserteur depuis 2006. L’armée malienne dit de lui qu’il était même l’un des piliers d’Ansar Dine.

Au total, une vingtaine de jihadistes auraient été « tués ou capturés » dans cette opération, selon une formule volontairement floue régulièrement employée par l’armée française. Un raid mené par la France, à la fois avec les troupes de Barkhane, mais aussi avec les forces spéciales déployées au Sahel. Trois cibles ont été attaquées simultanément à quelques centaines de mètres seulement de la frontière algérienne.

Des cibles d’abord été bombardées par des hélicoptères d’attaque puis les troupes héliportées ont engagé l’affrontement au sol. Outre le bilan humain, l’armée française dit aussi avoir détruit des véhicules et de l’armement. De nombreux documents auraient également été saisis.

Avec Rfi

France Mali
Annonces

(2) commentaires

Bruu Siine Diouf

Les français ment comme leur grand père ont menti le monde noirs pour leur colonisé

Seckhou Camara

Camara. Seuls les dirigeants africains croient aux propos de l’armée française pour sauvegarder leurs places.

Publier un commentaire