Lutte, navétanes et violence: « L’Etat doit décréter la tolérance Zéro »
PUBLICITÉ

Lutte, navétanes et violence: « L’Etat doit décréter la tolérance Zéro »

« Il faut dissoudre toutes écuries, toutes Asc impliquées de près ou de loin dans les violences avant, pendant et après des combats de lutte où match ». C’est l’avis de l’ancien ministre-conseiller, Moustapha Diakhaté. Pour lui, c’est inadmissible le silence assourdissant et la passivité du gouvernement devant les scènes de violence qui ont marqué l’avant et l’après combat Siteu-Pape Sow et d’autres matches de football navétanes.

Interdire les combats…

Selon Moustapha Diakhaté, l’Etat doit interdire les combats de lutte, s’il n’est pas capable d’assurer la sécurité des populations contre les hordes d’agresseurs et voleurs. A l’en croire, dans une République, il ne peut pas y avoir un seul millimètre carré où l’autorité de l’Etat n’est pas supérieure à tous les autres pouvoirs.

Paix sociale…

« Pour maintenir et exercer pleinement son autorité et en finir avec le hooliganisme, l’Etat ne doit pas hésiter à mettre en branle son système juridique et sa force publique. L’Etat suppose l’obéissance des citoyens », déclare-t-il. Pour l’ancien ministre-conseiller, l’État n’est utile et nécessaire que pour assurer la paix sociale, la sécurité des biens et des personnes, bref la protection des populations.

Liberté…

« Au Sénégal, nous devons comprendre que chaque citoyen doit accepter d’aliéner sa liberté au profit de l’État pour lui permettre d’assurer la sécurité de chacun et de tous. L’Etat doit faire adhérer aux populations les principes énoncés dans l’Article 7 de la constitution qui dispose que : « La personne humaine est sacrée. Elle est inviolable. L’Etat a l’obligation de la respecter et de la protéger » », poursuit Moustapha Diakhaté.

#Etat #Lutte #MoustaphaDiakhaté #Navétanes #ToléranceZéro #Violence

3
PUBLICITÉ